Translate

samedi 19 novembre 2016

papillon d'hiver


papillon d'hiver

Je garde à l'esprit un jeune homme entrevu dans le métro, un très beau jeune homme de type résolument slave, qui devait avoir dans les dix sept ans et serrait contre lui,d'un geste protecteur et pataud, une jeune fille mignonne aux cheveux endommagés par une teinture et une coupe épouvantables, comme les ados aiment à en faire. Le garçon avait de grands yeux clairs et brillants, un sourire heureux et songeur, il était amoureux, bonne chance, petit bonhomme...
Chez Xioucha, une belle jeune femme au physique éthéré, son amie Marfa, m'a raconté l'histoire de "Vaska le Peinturluré", un repris de justice couvert de tatouages, d'où son surnom, et de condamnations à répétitions, car il n'arrivait pas à se réinsérer, et retombait toujours dans son ornière. Jusqu'au jour où il a croisé le chemin d'un homme riche au désespoir, dont le fils tombé en prison y était mort. En souvenir de son fils, cet homme a pris Vaska sous sa protection, lui a donné du travail. Et Vaska s'est marié à cinquante ans, il vient d'avoir un enfant, il va à l'église, il s'est entièrement racheté.
Marfa est une fervente admiratrice de Marcel Proust et m'envie de pouvoir le lire dans le texte...
J'ai dans la maison un papillon que le chauffage a dû réveiller de son hibernation. Ce genre de papillons hiberne souvent dans les greniers des maisons, j'en avais aussi à la datcha et, au mois de février, j'avais trouvé leurs ailes précieuses semées sur la neige. Je suis allée le mettre près de ma cheminée désaffectée, pour qu'il retrouve un endroit plus frais, je ne voudrais pas que son réveil prématuré ne causât sa perte. Il est resté un moment perché sur mon doigt, ouvrant et fermant ses ailes, et il faisait un bruit, comme un minuscule éternuement, je ne savais pas que les papillons pouvaient produire des sons.
Il est étonnant de voir autant de neige, et avec cette permanence, au mois de novembre, j'espère que nous n'aurons pas la pluie au mois de janvier... La neige est la lumière de nos hivers ténébreux.
l'éléphant rose et la maison jaune du café français dans leur environnement hivernal.

La rivière Troubej sous la neige

3 commentaires:

  1. Magnifique chronique comme toujours amities marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie, je me demandais où vous étiez passée!


      Supprimer
  2. Un papillon au milieu des neiges d hiver...qu il ne faut pas réveiller avant le printemps On dirait le début d un conte

    RépondreSupprimer