Translate

samedi 24 juin 2017

Mes premiers cosaques

Au marché couvert, je vois un bonhomme qui vend de la tisane d'épilobe, cheveux et moustache blanches, yeux bleus, casquette cosaque. Il a dû être drôlement beau, il est encore pas mal, et très sympathique. Oui, c'est un cosaque, un vrai, précise-t-il. Il y a beaucoup de cosaques à Pereslavl, mais ils ne sont pas tous nés dans des familles et des régions cosaques, ce sont de nouveaux cosaques. Il faut tout leur apprendre, me dit mon moustachu. Tout en parlant de cosaqueries, nous en venons à découvrir que nous avons des connaissances communes: "Oh mais je vois qui vous êtes, vous êtes la Française qui avait une isba à Krasnoïé! Vous l'avez vendue à Dima, Igor m'a parlé de vous!
- Eh bien justement, je le cherche, Igor, j'ai besoin de lui pour m'aider au jardin!
- Il est très occupé avec Benjamin, l'apiculteur suisse... Mais donnez-moi votre numéro de téléphone que nous nous rencontrions tous!
- Benjamin n'aime pas les Français...
- Les Russes non plus! Ne faites pas attention!"
Je lui raconte comment Dima, la première fois que je l'avais vu, m'avait dit que ce n'était pas la peine de chanter des chansons cosaques puisqu'il avait la radio. Puis, après que je lui ai abandonné mon accordéon avec mon isba, il s'est mis à en jouer, et il écoute maintenant Skountsev et "Kazatchi Kroug" avec dévotion.
Le cosaque s'appelle Boris. Il ramasse l'épilobe en famille: garantie sans pesticides, ce qui n'est pas le cas du thé, et il a même jeté le hachoir familial en aluminium, pour ne pas contaminer l'herbe précieuse.
A mon retour, le fils de la voisine Violetta vient me voir pour essayer de faire démarrer la débroussailleuse à essence. Impossible. "C'est fabriqué chez nous, et ça ne marche pas, me dit-il. Si vous voulez, je vous emmène demain au magasin avec la garantie."
Il me montre comment revisser la bobine de la débroussailleuse électrique. Il est très gentil. Sa mère est très gentille aussi mais casse-pieds. Elle se jette sur moi avec des tas de conseils, et comme la dernière fois, commence à jardiner chez moi, à arracher des mauvaises herbes dans mes plates-bandes, et comme la dernière fois, manque de m'arracher quelque chose que j'avais planté. "Maman, lui dit son fils, mais arrête, enfin!"
Merci Oleg. Ici, vraiment, c'est avec les hommes que je m'entends le mieux, encore que Yana m'ai beaucoup plu.
Violetta ne supporte pas que mes fleurs ne soient pas toutes au garde-à-vous dans des plates-bandes toilettées et que je n'utilise pas pour faire un potager l'emplacement utilisé par les propriétaires précédents.
Elle m'a donné des plants, c'est toujours ça.

cosaques de Pereslavl

L'enfant semble déjà un farouche guerrier


Il  y a deux jours j’ai vu un autre représentant de cette communauté, au café français, entre deux portes. Il m’a dit qu’il cherchait un ou des investisseurs pour leur cirque d’équitation acrobatique (cosaque), faute de quoi ils seraient obligés de vendre les chevaux à l’abattoir… Sachant l’amour des cosaques pour les chevaux, c’est vraiment le drame. Peut-être des amoureux des chevaux et des cosaques pourraient-ils s'y intéresser, il se peut que la somme nécessaire au sauvetage des chevaux ne soit pas énorme.

2 commentaires:

  1. Ainsi je découvre aussi Skountsev et Kazatchi Kroug ! Merci Laurence.
    J'espère que les Cosaques trouveront la somme requise pour leur cirque et sauver les cheveux...

    RépondreSupprimer
  2. L'Epilobe est une plante très intéressante ! Vertus à découvrir...l'épilobe est principalement utilisé dans le traitement des troubles de la prostate. Mais ses propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes, astringentes et calmantes aident à lutter contre bien d'autres pathologies : gastro-entérite, diarrhée, laryngites, irritations cutanées... L'épilobe fait actuellement l'objet de nombreuses recherches scientifiques.

    RépondreSupprimer