Translate

samedi 26 août 2017

Retour au café la Forêt

Menu du café la Forêt
Depuis que je suis arrivée, je n'avais pas remis les pieds dans mon café préféré, car j'évite le sucre (le sucre ou les neurones, il faut choisir). Mais aujourd'hui, j'ai décidé qu'il était temps d'y retourner.
J'ai été accueillie à bras ouverts par Gilles et Lika, j'en suis même touchée. Ils m'ont demandé de leur venir provisoirement en aide. Il s'agit de faire l'interprète pour le nouveau pâtissier, Didier, qui ne parle pas le russe, et de faciliter l'acquisition pour ses employés du vocabulaire français minimum lié à leur travail et pour lui-même du vocabulaire russe minimum. Je vais devenir une spécialiste dans le domaine des petits gâteaux.
J'ai émis l'idée que pour faire des fromages, les caves d'Ivan le Terrible à Alexandrov seraient un excellent endroit d'affinage, elles sont spacieuses, voûtées et on ne rencontre pas ici des caves pareilles à tous les coins de rue, mais il faudrait alors au fromager (éventuellement français) s'installer près d'Alexandrov. J'aime assez l'idée de faire des fromages dans les caves du tsar et même éventuellement d'y entreposer du pinard! Je suis sûre qu'il n'aurait pas été contre.
La café français est pourvu maintenant d'une pièce supplémentaire spacieuse et très agréable à l'étage et devient une sorte de club où les gens se retrouvent. Au dessus, ce sont les ateliers divers que dirige Macha, et j'ai été conviée à participer à un cours de français pour deux jeunes femmes de Pereslavl, Yekaterina et Anastasia, qui rêvent de parler notre langue et sont incollables sur les chansons et les films français.
Dans l'après-midi, un monsieur âgé et décoré est venu proposer un projet intéressant, en relation avec la commémoration à Moscou, sur le mont de la victoire, des aviateurs héroïques de la dernière guerre, parmi lesquels ceux de Normandie-Niémen. Il voudrait installer au café français une sorte d'autel à leur gloire, avec la photo de ceux qui ont été déclarés héros de l'Union Soviétique. Ils étaient quatre, et le premier à l'être à titre posthume était Marcel Lefèvre qui a brûlé dans son avion. Il aimerait ainsi porter le souvenir de ces gens en province, créer un événement touristique, faire venir des Français et contribuer de la sorte à améliorer les relations entre nos deux pays, dont la détérioration le désole. Il espère que les quatre aviateurs héros de l'Union Soviétique seront déclarés par notre gouvernement héros de la France, pour équilibrer les choses.
Écoutant tout cela, je pensais à notre gouvernement et à nos médias qui font tout pour effacer le souvenir de la participation de la Russie à la dernière guerre, et ne trouveront pas forcément la commémoration des héros de Normandie-Niémen d'actualité. Reste que la francophilie reste vive, ici, et que faire venir des Français motive beaucoup tout le monde.
Macha a de son côté décidé de faire travailler les enfants sur ce thème, avec une visite au parc de la victoire, près de l'église saint Georges le victorieux: des avions de l'époque y sont exposés, et aussi des chars d'assaut. Les enfants pourront ensuite confectionner de petits avions, dessiner, et je suis chargée de trouver quelque hymne français propre aux aviateurs, s'il y en a dans la salle, qu'ils se manifestent.
Pour finir, j'ai goûté la dernière création de Didier, un gâteau dénommé Equateur-Passion, aux fruits de la Passion, un délice. Lika m'a raccompagnée, ses deux Jack Russel ont piqué dans mon sac les jouets achetés pour Rosie.
La nouvelle salle.

2 commentaires:

  1. Le projet de l'ancien rejoint le mien, un bon point!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai parlé du tien à tout le monde et on s'y intéresse.

      Supprimer