Translate

dimanche 2 octobre 2022

Ogres

 


Sérioja est reparti à Oulianovsk, mais nous avons encore passé une soirée tous les quatre, chez Katia. Ils faisaient des enregistrements et voulaient me faire prononcer un discours en français pour le mélanger à de la musique, j'ai lu un de mes poèmes, c'était plus naturel que de raconter n'importe quoi. Ensuite nous avons bu le thé et discuté. Comme il est rare de se trouver avec des gens qui comprennent ce qu'on dit et à qui l'on peut dire ce qu'on n'exprime à personne... Sérioja est si fin, si profond, si drôle et si touchant. Et si vrai. C'est pourquoi je lui pardonne tout. Comme à Micha, que je n'ai pas vu depuis des années, mais si je le revoyais, je lui pardonnerais...

J'ai vu dans la cuisine de Katia un tableau d'elle qui représente un bouquet de chrysanthèmes, je l'ai trouvé très beau, je ne pouvais en détacher les yeux. Il était plein de douceur, de mystère et d'une tristesse paisible. Elle devrait dessiner davantage.

L'euro dégringolant dramatiquement, si j'arrive à récupérer mon argent de France, cela fera tout juste la moitié de ce que j'aurais perçu l'année dernière, et ma retraite ne vaudra plus grand chose, à la différence que les charges de la maison sont moins chères ici. Je pense au père Placide qui m'avait dit, lorsque je lui avais objecté que vendre ma maison pour partir en Russie me ferait perdre beaucoup, m'avait répondu: "Oh l'argent, on en trouve toujours!" 

Je voulais renoncer au studio à louer chez moi, mais il va falloir l'envisager.

Je pense que père Placide devrait aller trouver saint Spyridon, spécialiste de ce genre de problèmes, et lui glisser un mot à mon sujet.

Tout cela m'a conduite à réaliser qu'il ne fallait plus éditer mes chroniques en russe, cela ne me rapportera jamais ce que j'engloutis dans mes publications. Il faut les publier sur un site, au fur et à mesure, les gens les liront gratuitement, mais elles ne me coûteront rien, car je les ferai avec une amie pour qui m'aider sera une sorte de cours de français, disons que nous en retirerons un profit linguistique réciproque.


 

Les arbres et les buissons se dorent et rougissent maintenant à grande vitesse, la mélancolique fête automnale bat son plein, par un temps mou et pluvieux, qui manque de lumière, mais ce matin, entre deux nuages, tout s'est illuminé. Le genre de petit miracle qui nous console du mauvais temps, et n'est pas sans évoquer pour moi la vie spirituelle, ces touches de clarté divine dans notre lassitude quotidienne.

mon chat Rom, complètement caractériel


Je suis tombée sur la page d'une artiste peintre russe dont j'avais déjà remarqué le soutien palpitant et exalté à la cause ukrainienne, décrivant des atrocités russes à longueur de temps, et maudissant son propre pays. Voilà qu'elle est partie en Ukraine et conclut le vibrant récit de sa fuite par: "Gloire à l'Ukraine! Gloire aux héros!' le cri de guerre des bataillons punitifs Azov et autres qui, depuis huit ans, bombardent, violent, pillent, torturent les gens du Donbass, dont en revanche, l'artiste-peintre ne parle jamais, et qui endurent tout cela pour ne pas renier leur culture. Ces mêmes Azov achèvent maintenant, mutilent et castrent les soldats russes tombés en leur pouvoir. Pourtant, l'armée russe n'ayant pas dépassé pour l'instant les limites de ce même Donbass, les Ukrainiens victimes des exactions dont elle parle sont précisément ceux qui sont allés massivement voter pour leur rattachement à la Mère patrie, il y a donc fort à parier que ces exactions relèvent de l'inversion accusatoire classique et habituelle, je me demande comment cette héroïne sera accueillie là bas? Parce qu'à lire tout cela, j'ai pensé: "De deux choses l'une, ou c'est elle qui est folle ou c'est moi!"

J'ai vu une vidéo qui m'a particulièrement intéressée car je connais bien les protagonistes. Il s"agit d'André Michel Chanclu, un homme de droite engagé depuis le début dans la défense du Donbass au côté d'un communiste, le défunt Alain Benajam. Je dis homme de droite, parce que c'est ainsi qu'on va le caractériser pour discréditer son témoignage, bien que l'extrême droite soit très présente dans le camp des étrangers pro ukrainiens. Et Iouri Iourtchenko, poète, dramaturge, époux de mon amie Dany, qui était parti au Donbass, indigné par les mensonges des médias français, pour faire de la réinformation, avait été fait prisonnier, avait été torturé et n'avait échappé à la mort que par miracle. Le second traduisant les propos du premier, l'interview est en français à partir de la 4° minute. 

André Chanclu était parmi les observateurs du référendum et réagissait aux propos délirants de la ministre des Affaire Etrangères allemande qui prétend que les gens, battus, violés, allaient, sous la menace des mitraillettes, tracer leur croix sur le bulletin de vote. A mon avis, mon artiste peintre et tous les bobos russes qui l'encourageaient dans les commentaires, par un réflexe de rejet systématique de leur propre patrie, ne prennent en considération que les sources occidentales et ukrainiennes d'information ou plutôt de désinformation. 


Je fais confiance à Chanclu et à Iouri. En écoutant le délire de l'Allemande, je pensais au début de la deuxième partie du film Ivan le Terrible, quand le traître Kourbski est acceuilli à la cour du roi de Pologne, et que des dames joignant les mains et levant les yeux au ciel proclament que "les moscovites mangent des petits enfants vivants". D'après Chanclu, ce n'est pas le cas.

 


 

vendredi 30 septembre 2022

Petite soirée

 


Hier soir, je recevais Sérioja, venu à Pereslavl, Katia et Dania, et je m'étais mise en frais, j'avais sorti la nappe brodée, l'argenterie de ma grand-mère et j'avais fait la cuisine. J'ai même allumé des bougies. Dans ma jeunesse, j'aimais recevoir mais je suis devenue assez cossarde. Nous avons passé une très bonne soirée, car on peut dire que j'ai des affinités avec chacun d'eux, l'atmosphère était chaleureuse, sans tensions, avec de gentils échanges de plaisanteries, et nous avons joué des gousli et de la balalaïka, ce qui est consubstantiel à Sérioja comme à Dania, encore plus à Sérioja, peut-être, parce qu'il est tombé dans la marmite lorsqu'il était petit. Mais Dania a avoué que la balalaïka l'avait sans doute sauvé, lorsqu'elle est arrivée dans sa vie compliquée. Il a composé sur moi et mes chats des tchastouchki que je me promets d'apprendre et d'interpréter. Les tchastouchki sont de petits épigrammes satiriques que les Russes improvisent quand ils dansent.

Huit chats dans ma maison

Dorment, mangent et courent,

Tous les coins, tous les recoins

Ils les explorent vraiment bien!

Sérioja était très ému de revoir mes deux chattes Chocha et Georgette, ces deux grand-mères ayant été témoins de ses soirées de jeunesse chez moi, rue Trifonovskaïa, dans les années 2000. Il a reconnu sur le tableau qui le représente, dans ma chambre, mon chat Picasso, mort depuis, qui faisait partie de ces réjouissances. Sérioja est presque quadragénaire et j'aborde le grand âge, celui qui est défini dans le psaume comme le terme de la vie humaine, le surplus n'étant que peines et douleurs... 

C'est un fait que je me sens beaucoup plus à l'aise avec les hommes d'abord, et avec les jeunes ensuite. Maman non plus n'aimait pas tellement les femmes et pas tellement les vieux. Mais les vieilles femmes, surtout ici, sont souvent de vraies emmerdeuses autoritaires et donneuses de leçons. 

Ils m'ont dit qu'ils s'étaient penchés sur mes chroniques, la veille, chez Katia, et se sont étonnés que j'eusse exprimé dès 2016 mon appréhension de la guerre que nous avons maintenant. Comment, pourquoi? Eux ne s'en doutaient pas. Et j'ai pensé à Xioucha qui m'a déclaré il n'y a pas longtemps: "Lolo, je dois vous demander pardon, vous avez parlé de tout cela pendant huit ans et je n'y prêtais pas attention, et je découvre maintenant toute l'horreur de ce qui se passe là bas". C'est que contrairement à ce qu'on raconte en occident, la propagande de Poutine etc... on n'en parlait guère plus en Russie qu'en Europe. Pourquoi? Une partie de la presse était entre les mains d'oligarques mondialistes pro occidentaux, et diffusait exactement le même catéchisme que le Monde ou Libération. En face, il y avait des chaines gouvernementales qui diffusaient, elles, la "propagande de Poutine", et des chaînes conservatrices, comme Tsargrad. On pouvait au moins faire une moyenne, mais dans les milieux bobos, qu'on appelle ici "bohêmes", il était de bon ton d'être contre l'autorité en place et pro européen, seule la populace imbécile pouvait croire la presse gouvernementale ou traditionnaliste, ce qui n'est pas sans rappeler ce qui se passait au moment de de Gaulle, et comme au temps de de Gaulle, le gouvernement hésitait à taper du poing sur la table pour ne pas avoir l'air d'être répressif et peut-être parce qu'il sous-estimait l'impact de cette meute de chacals distingués aboyant à ses chausses. C'est d'ailleurs après avoir observé ce fait que j'ai du mal à croire dans l'implication de celui-ci dans les meurtres de la journaliste et du politicien qui servent essentiellement à alimenter, en occident, la propagande anti Poutine, ce que ce dernier a d'ailleurs lui-même fait observer: pourquoi ceux-ci plutôt que les autres, tout aussi remontés contre lui? Je me souviens que les émissions de Mikhalkov, qu'on accuse d'être à la solde de Poutine, ont été interdites par la chaîne qui les diffusait. Parce que le patron de cette chaîne ne souhaitait pas voir démasquer les intrigues antirusses de l'opposition libérale, ses liens avec Soros, le gouvernement américain et toute cette caste qui nous a menés où nous en sommes. Des libéraux qui discréditent le milieu intellectuel et justifient a posteriori, pour les nostalgiques de Staline, les répressions aveugles et féroces des années 30.

Au moment de la Perestroïka, j'ai cru à la grande réconciliation des deux Europe, qui était dans nos intérêts réciproques, matériels, culturels, spirituels, mais j'ai vite déchanté. J'ai compris dès la première guerre d'Irak que nous étions arrimés à l'empire anglo-saxon et que nous n'avions aucune autonomie, car nous n'avions aucun intérêt national à nous engager dans cette aventure. De plus, j'ai observé pour la première fois l'ampleur, l'impudence, l'absurdité d'une propagande énorme et unilatérale, j'étais obligée d'aller chercher des infos sur radio Courtoisie, qui ne diffusait alors que sur Paris. La suite n'a cessé de me prouver que ce que je constatais était vrai: la honteuse intervention en Serbie, la honteuse intervention en Irak, la catastrophique intervention en Libye, puis la Syrie, et évidemment le maïdan et l'Ukraine. Quand je travaillais à Moscou, j'avais toujours un peu peur d'être coincée par la guerre que je sentais venir, soit en France, soit en Russie. Elle ne me paraissait pas encore imminente, mais plus que probable. Tout me semblait aller dans ce sens, la façon dont on travaillait la pâte des ex républiques avec le levain de la discorde, de la haine, de la cupidité, des plus vils instincts de revanche et la quête d'un bouc émissaire pour des péchés largement partagés par tous. Dès 2014, et même un peu avant, quand j'ai entendu cette conversation de Timochenko exhortant à vitrifier le Donbass, fin 2013, j'ai su que cette guerre devenait inévitable parce que l'occident la voulait, parce qu'il voulait la peau de la Russie, et avait aussi des desseins particuliers sur l'Ukraine, d'ordre mafieux mais pas seulement. Le silence, la malhonneteté des médias, pires encore que du temps de l'Irak, ont achevé de m'inquiéter et de m'écoeurer. Aussi, on peut dire que le conseil insistant du père Placide est tombé sur un terrain déjà bien préparé. 

J'ai expliqué cela à mes trois copains, et d'une manière plus compétente et plus documentée, Asselineau l'explique aux pauvres dupes qui, en France, ne voient toujours rien, dans cette vidéo. Après l'avoir regardée, j'ai décidé que je voterai pour lui le prochain coup. Je l'ai mise sur les réseaux à l'intention des susnommés qui viennent sautiller dans mes fils de commentaires, comme les étudiants manipulés de la place Maïdan, et trouvent les croix gammées ukronazies purement symboliques. (symboliques de quoi, de nos jours? Quand la jeune gilet jaune défigurée par les flics de Macron en a tracé une sur le sable d'une plage, on ne s'est pas demandé si c'était un symbole solaire, on l'a immédiatement traînée dans la boue...) Mais Asselineau n'est pas sérieux, n'est-ce pas? S'il était sérieux, il serait soutenu par Soros, Bill Gates, Rothschild ou quelque milliardaire français tout aussi pourri? Il aurait à son service tous leurs chacals médiatiques?

 



Je citerai pour finir le Saker, à propos de l'acte terroriste impudent commis sur Nord Stream, et qui devrait ouvrir les yeux les plus rhédibitoirement fermés:

...il est maintenant évident que les Anglos ont décidé de détruire l’Europe. L’Europe accuse la Russie en dépit des menaces de Brandon et de l’orgasme collectif polonais et du « merci les USA ! » que les Russes ont qualifié de « réaction hystérique-euphorique à la limite de la folie« .

Franchement ? Je pense que l’Allemagne et le Banderastan croupion méritent pleinement et richement un tel voisin. Bien du plaisir !

L’incapacité des Européens à mentionner qui est le coupable évident signifie que le bouton de douleur de l’UE devra être réglé beaucoup plus haut avant que ces lemmings délirants et veules ne reviennent à la réalité. Au lieu que l’Ukraine devienne l’Europe, l’Europe est devenue l’Ukraine.


Quelques nouvelles | Le Saker Francophone

mercredi 28 septembre 2022

Exaltation

le père Andreï Tkatchev

Une homélie du père Andreï Tkatchev, venu d'Ukraine en Russie après le Maïdan:

300 000 mobilisés; cela fait exactement le même nombre de mères, + un total de deux fois plus de soeurs, épouses, belles-filles et filles. C'est-à-dire que finalement, beaucoup de ceux qui ne réagiraient pas à un coup de canon, quand il s'agit d'aller prier, vont maintenant, au son du canon, s'éveiller à une vie religieuse active.
C'est au moment où l'Occident collectif se préparait à nous effacer de la face de la terre que nous sommes devenus aigres et corrompus. Ces mêmes ukro-nazis dérangés, blague à part, (bien que nos présentateurs de télé aient ri de cela plusieurs années de suite) se préparaient à faire le tour de la Place Rouge dans des véhicules blindés de transports de troupes. Maintenant, je pense que même ceux qui s'esclaffaient le plus ne trouvent pas ça drôle.
La Russie est grande, et au tréfond des provinces, elle est forte et imprévisible. Tout comme, soit dit en passant, les Ukrainiens eux-mêmes, précisément parce qu'ils sont également russes. La panique ne règne que chez les gamins, qui sont habitués aux films d'horreur, mais font dans leur froc quand le danger, ou même l'ombre du danger, est réel. Elle règne également dans la ville de Moscou. Mais cela, désolé, ne concerne pas toute la Russie. Ce n'est même pas la Russie du tout.
Nous dérangeons. Tous les satanistes, et il y en a pas mal. C'est juste que Dieu est avec nous, bien que beaucoup de gens, le nez dessus, ne le comprennent ni ne le remarquent. Or Il est avec nous quand même. Parce qu'il ne reste personne d'autre. Tous les autres ont été soit achetés, soit intimidés, soit (comme les Ukros) réduits sans retour à l'état de débiles et de chair à canon. Mais la Russie, ce n'est ni le premier cas, ni le deuxième, ni le troisième. Nous avons des apeurés et des vendus. Mais ce ne sont que des furoncles sur le corps, pas le corps lui-même.
Un jour, pendant la peste, Cyprien de Carthage, futur martyr, dit à ses ouailles qu'il n'y avait pas lieu d'avoir peur. Nous parce que nous serons sauvés à cent pour cent de la peste, mais parce que Christ est resusscité. Dans cette vie, nous ne recevons pas de billets de faveur. Tout le monde tombe malade, nous aussi. Tout le monde meurt, et nous aussi. Tout le monde est inquiet, et nous ne sommes pas faits de fer. Mais nous surmontons tout cela par la foi en Celui qui nous a aimés et qui est ressuscité pour nous. Celui qui est dans la foi peut-être inquiet, mais c'est un péché que d'avoir les foies.
Alors l'équipe: mettez de coté la trouille. De toute façon, il faut bien mourir, encore faut-il le faire de façon brave et humaine. Cette idée nous vient aujourd'hui à l'esprit non à travers les sermons à l'église, mais par les nouvelles à chaque heure. Quand à l'Eglise, tant qu'un repentir national rapide et fervent n'est pas déclaré, il convient sans attendre de jeuner, défiler en procession, servir souvent, lire l'Evangile (en de tels jours, il reprend vie), prier avec ferveur etc. Car en temps de paix, impossible de réveiller notre bande aigrie de plusieurs millions de demi-chrétiens

Le père Tkatchev est une force de la nature. Moi, si je ne cède pas à la panique, je lutte contre des accès de tristesse et de fatigue, à cause de la situation, des miens qui sont là bas, et d'un excès de mondanités. Hier, c'était la fête de l'Exaltation de la Croix, une belle fête. Mais je n'avais aucune envie d'y aller, j'avais envie d'avoir la paix. Des fêtes en ce moment, il y en a tous les trois jours, et il y a tous ceux qui m'invitent, veulent me voir, tout ce que j'ai à faire et ne fais pas et oublie que je dois faire. Je me disais qu'après tout, si cela m'arrachait à ce point une côte, autant ne pas y aller. Mais quoi, l'heure est grave, et tu ne peux bouger ton gros cul pour aller à l'église le jour de l'Exaltation de la Croix? 
J'y suis allée sans aucun enthousiasme, j'ai attendu que ça passe, j'ai eu un instant de réconfort et de honte quand le père Andreï, au lieu de simplement me laisser baiser la croix, s'en est servi pour me bénir au passage. 
Le séjour à Moscou m'a fatiguée. Et puis j'ai été invitée. Veniamine le Suisse avait rassemblé chez le concurrent de Gilles, Frédéric, les étrangers de Pereslavl, enfin pas tous, justement. Ca a duré toute l'après-midi, et nous n'avons pas arrêté de bouffer, avant d'aborder les gâteaux du pâtissier, d'honnêtes gâteaux français. J'ai pris un kilo que je n'ai pas encore perdu. Le lendemain, au petit déjeuner, j'avais Gilshain et Olga. Le surlendemain, l'Exaltation de la Croix. Le soir, je trouvai une invitation à la fête votive de l'église d'Elizarovo, le fief de Fédia Basmanov, et j'y serais allée avec joie, mais cela signifiait courir là bas, encore une liturgie, plus les agapes en commun, et surtout ne pas oublier la vielle à roue, et tout à coup, j'ai senti que je ne pouvais pas, que j'étais au bord de la crise de nerfs, et pourtant, j'aurais bien voulu, j'aurais vraiment bien voulu.

Jason Silouane et
ses filles, photo de Natalia Razouvakina
Les étrangers de Pereslavl, en sus de Veniamine, de Fréderic et sa femme russe, c'était un retraité américain, avec une femme idem, un couple très sympathique, une Allemande slaviste joviale qui est ici depuis 20 ans et ne repartira jamais, le Hollandais restaurateur de livres anciens Ian et sa femme Olga, Jason Silouane, l'Américain peintre d'icônes, avec ses filles, et un Cubain né en Russie qui fait des thés magiques et prépare toutes sortes de champignons marinés que personne n'a l'idée de manger et qui sont succulents. Je suis tombée sous le charme de la plus jeune fille de Jason, Serafima, une adorable petite créature de trois ou quatre ans. Les gosses me cassent souvent assez vite les pieds, mais de temps en temps, j'en vois que j'adopterais bien. Je me disais qu'au fond, nous fonctionnons par affinités. Peu importe l'âge et le point de rencontre dans l'espace temps, il y a des âmes qui se ressemblent, qui parlent la même langue mystérieuse. Et d'autres qui ne se comprendront jamais. Cette petite fille, me demandant une tranche de pastèque, a commencé par en apporter à chacune de ses soeurs avant de prendre la sienne. J'ai pensé à maman qui me racontait que, dans son enfance, se voyant gratifiée d'un bonbon par l'épicier, lui avait demandé: "Et mes soeurs?" 
A vue de nez, je n'imagine pas bien les filles de Jason dans une école woke, LGBT transgenre...

la petite Serafima, photo de Natacha Razouvakina



Le père Tkatchev dit encore ailleurs: 
Le bon Dieu déverse sur nous le malheur, pour que nous apprenions à croire.
Si tu as la foi, tu regardes le ciel, tu vois les étoiles s'allumer: "Gloire à Toi, Seigneur!"- et voilà tout, plus besoin de malheur. Tu as remarqué la rosée sur l'herbe! "O Dieu, que c'est beau! Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à Toi, ô Dieu!" si nous agissions de la sorte, il n'y aurait pas de malheur. Mais nous ne croyons en Dieu qu'à travers le malheur, parce que nous sommes orgueilleux, entêtés, insolents, cupides, affairés, fous, en fin de compte. C'est pourquoi le malheur nous enlève notre écorce, et nous venons par lui à Dieu.
ma mère, enfant

Je viens plus facilement à Dieu par l'émerveillement que par la souffrance, lorsque j'étais coincée à l'hôpital, j'avais beaucoup plus de mal à sentir sa Présence, en fait, j'étais dans une noire déprime, mais j'essayais de prier. J'ai pensé toute ma vie qu'en de pareilles circonstances, Dieu était la Porte qui s'ouvrait et nous évitait de devenir fous, mais il me semblait être tombée dans un sac sans issue. Alors que tous les jours je m'écrie "Gloire à toi, Seigneur!" devant mes fleurs, les papillons qui les visitent, les grands nuages. Le saint ancien Porphyre disait que pour être un bon chrétien, il fallait être un peu poète. Sans doute parce que Dieu lui-même est Poète, et nous a  créés, parce qu'ayant créé tout le reste, il fallait bien montrer cela à quelqu'un qui s'écrierait: "Seigneur! Que c'est beau!" Mais voilà que nous voulons faire les malins et avoir ce qui ne nous est pas donné et qui n'est pas si important, quand on se contente de ce que Dieu a fait. C'est sûr que si les monstres qui nous précipitent dans ce gouffre savaient regarder le ciel en s'écriant "gloire à toi Seigneur!" ils ne courraient ni après l'argent, ni après le pouvoir. Comme disait un chef indien, l'homme est né pour chasser, cueuillir, contempler le monde, chanter, danser et inventer des contes...  
En nettoyant mon frigo, j'ai décidé d'écouter ma playlist de chansons françaises et me suis mise à pleurer comme un veau. Dans le tas, il y en a de profondes et poignantes, Brel, Ferré, c'est presque normal. Mais il en est de légères qui me bouleversent comme un paradis perdu, la Bicyclette, la Mer... L'autre jour, en rentrant de Moscou à travers un paysage automnal des plus nordiques qui ne rappelait pourtant pas la nationale 7, je me suis chnaté la Mer en boucle jusqu"à mon arrivée

La mer, qu'on voit danser, 
le long des golfes clairs
a des reflets d'argent
La mer...


Et je la voyais, cette mer de nos vacances, et ma cousine, la plage de Sainte-Maxime, mes tantes... cette serviette, je crois qu'elle était orange et rouge.

"Sur la plage abandonnée,
Coquillages et crustacés..."


J'ai été saisie par la fin de la chanson "le Sud", comme si, au fond, nous savions déjà tout, moi, en tous cas, je le savais. Je crois qu'on le sait toujours, c'est atavique.

"Un jour ou l'autre, il faudra qu'il y ait la guerre, 
On le sait bien...
On n'aime pas çà mais on ne sait pas quoi faire,
C'est le destin..."

Nino Ferrer s'est suicidé.









Erwan Castel a une interprétation néopaïenne de l'histoire à laquelle je n'adhère pas. Mais cette vidéo est brillante et explique bien des choses, lorsqu'il parle de la guerre en Ukraine, du rôle des occidentaux et de la position des Russes. Elle est longue, mais très intéressante.

 



300 000 мобилизованных, это ровно столько же матерей + суммарно в два раза больше сестер, жен, невест и дочерей. То есть, наконец-то многие, до которых пушкой не догремишься, в смысле призыва на молитву, теперь именно пушкой будут разбужены к активной религиозной жизни.
Мы закисли и развратились в то самое время, когда коллективный Запад очень активно готовился нас со свету сжить. Те же безумные хохло-нацисты без шуток (хотя наши телеведущие хохотали) много лет подряд готовились ездить по Красной Площади на БТР. Теперь, я думаю, даже самым хохотливым не смешно.
Россия велика и в глубине сильна и непредсказуема. Так, как, кстати, непредсказуемы и хохлы, именно потому что они тоже русские. Паника у нас только среди малолеток, привыкших к фильмам ужасов, но жидко какающих от реальной опасности или даже тени опасности. Плюс паника в Москва Сити. Но это, пардон, не то что не вся Россия. Это даже совсем и не Россия.
Мы мешаем. Всем сатанистам, которых довольно много. Просто с нами Бог, хоть многие из наших этого в упор не понимают и не замечают. А Он все равно с нами. Потому что больше не с кем. Всех остальных либо купили, либо запугали, либо (как хохлов) задебилили до невозврата и до превращения в пушечное мясо. А Россия не то, не другое и не третье. У нас есть запуганные и купленные. Но это прыщи на теле, а не само тело.
Когда-то во время чумы Киприан Карфагенский, будущий мученик, говорил пастве, что бояться не надо. Не потому что мы на 100% спасемся от чумы, а потому что Христос воскрес. В этой жизни нам отдельный билетик не подарен. Все болеют - и мы. Все умирают - и мы. Всем тревожно - и мы не из железа. Но все сие побеждаем верой в Возлюбившего нас и Воскресшего ради нас. Кто в вере, тому можно тревожиться, но быть бздуном грешно.
Так что команда: Отставить мандраж. Умирать все равно надо, причем храбро и по-людски. Сегодня эту мысль до нас доносит даже не церковная проповедь, а ежечасные новости.
Что до Церкви, то пока не объявили всенародный пост и усердное покаяние, нужно, никого не ожидая, поститься, ходить Крестными ходами, часто служить, вчитываться в Евангелие (оно в такие дни Оживает) молиться усердно и проч. Ибо в мирное время нашу кислую многомиллионнную банду полу-христиан никак не разбудишь.

Добрый Бог сыплет на нас беду, чтобы мы научились верить.

У тебя есть вера – взглянул на небо, посмотрел, как звезды зажглись: «Слава Тебе, Господи!» – все, не нужно беды. Заметил росу на траве: «О Боже, как красиво! Аллилуйя, аллилуйя, аллилуйя, слава Тебе, Боже!» – если бы мы так поступали, беды бы не было. Но мы верим в Бога только через беду, потому что мы гордые, упрямые, наглые, черствые, суетные, обезумевшие, в конце концов. Поэтому беда снимает с нас скорлупу, и мы через беду приходим к
Богу.
Отец Андрей Ткачев

dimanche 25 septembre 2022

La petite guerrière, et les autres...

 J'ai dîné avec Katia et une autre Katia dans notre petit restau sympa et pas cher, après un concert de piano qui devait être à quatre mains, mais deux de ces mains, pour éviter la mobilisation, étaient parties avec leur propriétaire au Kirghizistan. Ce matin, à l'église, Génia Kolesov me disait à ce propos que c'était le choix de cet artiste, et qu'il pouvait comprendre: son propre fils avait des tas de projets, et voici qu'on risque de l'envoyer à la guerre, personne n'a envie de cela. Moi aussi, je peux le comprendre, et Dania le balalaiker est aussi susceptible d'être enrôlé, je le vois mieux tenir une balalaïka qu'un fusil. Du reste, je ne sais pas comment je réagirais moi-même, facile de juger quand on est vieux et à l'abri de ce genre de choses, et qu'on n'a pas d'enfants. Génia lui-même est pleinement conscient des enjeux de ce qui nous arrive. Qu'on le veuille ou non, nous serons tous entraînés plus ou moins dans ce maelstrom, et les jeunes niais qui vont chercher asile en occident, où tout cela s'est préparé pendant des années, avec leur complicité enthousiaste et aveugle, ne seront pas plus à l'abri là bas qu'ici, peut-être même moins. "Il se produit un partage, un tri, me dit Génia, ceux qui veulent partir, eh bien qu'ils partent." Ce qu'il dit là traduit l'opinion de ceux qui restent et ajoutent parfois: "Mais surtout, qu'ils ne reviennent pas!" Génia observe que ses amis libéraux, qui le rejettent, sombrent dans une absurdité délirante et hystérique. Exactement comme leurs équivalents français qui perdent complètement le sens des réalités.

Je suis reconnaissante à Dieu de me donner les moments de paix que je connais dans ma maison et mon jardin, et je lui demandais, à l'église, de me donner la force d'être digne du choix que j'ai fait, quelles que puissent en être les conséquences, du choix qu'Il a fait lui-même en m'inscrivant dans ce quelque chose de grand et de terrible qui se dessine, et dont la fuite des éléments les plus faibles et les plus aveuglés vers l'origine de leur faiblesse et de leur aveuglement est sans doute le signe. Il se peut que la Russie, c'est-à-dire ce qui restera après le départ de l'anti Russie, livre son dernier combat, au moins périra-t-elle debout, et nous avec. Il se peut que la Russie devienne la dernière arche et le camp des saints. Ou bien un empire eurasiatique qui largue les amarres et appareille en ce moment. Au moins ne suis-je pas sous la coupe de ceux qui ont détruit tant de pays et leurs peuples, avant de s'attaquer aux derniers qui leur résistent encore.

Je sens à une espèce de sérénité confiante que dans un cas comme dans l'autre, je suis à l'endroit où il me fallait me trouver, quoiqu'il arrive, et si je ne peux juger ceux qui prennent leurs jambes à leur cou, je m'incline devant Daria Douguine, qui a payé de sa jeune vie sa lucidité et son engagement, et devant son père, qui ne se laisse pas abattre. Je m'incline devant ceux qui se battent depuis huit ans au Donbass et dont ceux qui fuient attribuent le faible écho du martyre à la "propagande de Poutine". A ceux qui comprennent pourquoi on doit résister, et ce que nous défendons. Il me vient à l'esprit que toute ma vie s'accomplit et prend son sens dans cette vieillesse russe, à l'ombre de Mars, et dans la lumière du nord, parcimonieuse et magique, que ma présence ici répond à la volonté de Dieu.

 

Papa, je me sens comme un guerrier, un héros, je veux être cela, je ne veux pas d'autre destin, je veux être avec mon peuple, avec mon pays, je veux être du côté des forces de la lumière, c'est le plus important.

— Daria Platonova-Dugina


J'ai trouvé ceci sur Telegram

Je dirai ceci à ceux qui sont maintenant en première ligne, à mes amis, mes frères, et à ceux qui lisent simplement ces mots. À ceux qui se battent et meurent pour nous maintenant et, je sais qu'ils sont vraiment, malgré leur héroïsme et leur courage, sensibles à notre soutien et qu'ils ont besoin de nos prières. Chers héros, ce qui est sorti aujourd'hui de deux ou trois bars, ou quels que soient les autres cloaques dont ils ont pu ramper, non dans la rue, mais dans un coin de l'Arbat, c'est zéro, c'est nul. C'est l'agonie des ordures - sans origine ni drapeau, qui ont été générées par le temps de la stagnation et qui n'ont rien à voir avec mon pays. Avec notre pays qui est aussi le vôtre. L'artificialité, la fabrication et la médiocrité de la mise en scène sont évidentes, mais cela ne les empêche pas d'être des ordures. La stagnation est désormais révolue. Oui, c'est déjà fini. Grâce à vous. Vous avez rendu la Russie à la Russie. Et il n'y a plus un être humain dans le pays (le mot être humain est ici crucial) qui ne vous soutienne maintenant, qui ne comprenne avec son cœur et ses tripes pour quoi nous nous battons tous et ce que cela vous coûte. Qui ne s'associe à votre combat, chacun comme il peut. Une autre mobilisation, spirituelle (sans laquelle la mobilisation d'aujourd'hui serait difficile) dure depuis longtemps, elle a commencé plus tôt. Mes réseaux sociaux sont pris d'assaut par ceux qui veulent vous aider - que ce soit avec une lettre, ou même avec du fil, ou un drone, chacun fait ce qu'il peut. Je sais que toute la Russie, cette Russie précieuse à laquelle vous reviendrez bientôt, et nous allons ... comment dit-on dans le tropaire pascal? " nous embrasser avec joie" ... toute cette sainte puissance intérieure de mon pays est maintenant debout en prière pour vous - des gisements d'ambre de Kaliningrad aux vents des îles de Béring - elle couvre le Donbass, vous et nous tous d'un bouclier de prière intense. La Russie est montée dans les trains et les voitures particulières et se dirige vers la frontière de Belgorod, pour aider les réfugiés, avec ses mains, ou encore une veste chaude. Des hommes adultes - amincis, sont brinqueballés dans les trains, se rappelant leur science militaire oubliée, pliant une carte d'identité militaire flétrie et les papiers de leurs récompenses passées dans leur poche près de leur cœur - et le train transporte ces volontaires grisonnants de leur Orlov, Omsk et Tobolsk - à Perekop, Izvarino ou à ce point de contrôle de la RPD, qui se trouve juste à l'extérieur du village de Nadejda. J'en connais, nous leur avons acheté des hélicoptères et des tuyaux de reconnaissance. La Russie apporte des affaires, des médicaments au front, prend d'assaut les magasins en ligne à la recherche de drones, de bandages hémostatiques, de talkies-walkies, de gilets pare-balles (on nous en apporte même d'Oussourisk, sur canal Spas). Et quand j'écris la Russie, j'en prends la responsabilité. Dans mon environnement - et il est vaste - il n'y a plus personne qui ne ferait pas cela ou ne chercherait pas des moyens d'aider d'une manière ou d'une autre. Sachez-le simplement quand vous ferez maintenant un bref somme sur la terre humide. Et tout ce bruit fabriqué sur les réseaux - oubliez ça. C'est juste là pour nous rappeler contre quoi nous sommes en guerre. Non, ce n'est pas contre ces enfants. Mais avec le temps, où on s'est permis de ne pas les éduquer, quand on cherchait juste le moyen de survivre. Avec le temps où les parents eux-mêmes ne savaient plus où ils en étaient, alors les enfants que peut-on en dire... Il est fini, ce temps-là. Vous l'avez arrêté là bas, en vous battant toutes ces années, pour ainsi dire avec des bâtons. Merci nos très chers. Que Dieu vous bénisse, et la Mère de Dieu. Et que votre Ange vous donne un bon sommeil. Reposez-vous. 

Boris Kortchkvnikov.

https://vk.com/wall19879744_9547

samedi 24 septembre 2022

Lumière du Peuple

 

tableau d'Olga Orlova
Liéna me disait quelque chose qui m'a touchée. Quand elle quitte sa datcha, qui n'est habitable qu'en été, elle a l'impression de la laisser orpheline. Elle s'emplit de froid, d'humidité et de silence et semble le lui reprocher. Elle ressent un lien mystérieux avec cet endroit, avec son coin de campagne, et je ressens exactement la même chose, c'est pourquoi il est si difficile de laisser les maisons qu'on a aimées, et d'autant plus quand on y a vécu avec des gens proches, mais pas seulement. J'ai vraiment l'impression que le jardin autour de ma maison est une sorte de microcosme qui s'est attaché à moi, qui a besoin de moi, comme les chats et les chiens, c'est même ce qui m'a dissuadée de déménager. Je sais qu'il me faudra quitter cet espace pour l'autre monde, mais en attendant, j'ai un lien avec lui, il est sensible à mes soins, à mon respect, à ces moments de contemplation et de méditation qui créent un dialogue muet avec tout ce qui existe dans le périmètre. Et c'est ainsi que l'humanité devrait considérer la planète où elle est, au lieu de s'en faire le tyran et la maladie mortelle.
  Il y a quelques jours, la grande artiste Olga Orlova a publié ce tableau. Il s'agit de la maison et du jardin d'une vieille grand-mère qu'elle aimait bien. Sitôt la grand-mère enterrée, ses héritiers ont arraché le pommier, tout bétonné et monté la classique palissade hideuse en profnastyl. du coup, il n'y a vraiment plus rien à dessiner de ce côté...Cette histoire me rappelle celle du bouleau d'en face, massacré par le voisin du petit vieux qui l'avait planté. Il y a des gens qui ne supportent ni la vie, ni la poésie, elles sont une insulte à leur médiocrité, leur rigidité, leur indigence spirituelle. Larissa Kachouk, chez qui j'étais récemment, m'a dit qu'un de ses voisins, ayant acheté une maison avec 1200 m2 de terrain s'était hâté de recouvrir toute cette surface de pavés autobloquants. Il n'aura pas besoin de tondre... mais on peut s'interroger sur la nécessité pour lui d'avoir une maison à la campagne.

Je vois dans tout cela les symptômes hideux d'un abrutissement général et même d'une espèce de possession. C'est le résultat d'une rééducation et d'une perversion des gens menées avec une terrible constance, sous des formes et avec des succès  divers, dans le monde entier, du moins dans le monde de culture européenne auquel il faut bien ajouter la Russie puisque Pierre le Grand l'a arrimée à la nef des fous il y a 300 ans, et que les bolcheviques ont parfait le travail. 
Il ne reste plus qu'à espérer que la nef russe se détache à présent de ce Titanic, de ce vaisseau fantôme, et pour de bon. De manière plus ou moins consciente, et malgré les manifestations de cet horrible esprit dont cette histoire est mon dernier exemple, je crois que dans l'ensemble, les gens ici, le sentent. 
Ma marchande de légumes azerie me dit que son fils, à son grand désespoir,  brûle de partir défendre la Russie, et les tchétchènes s'enrôlent massivement, tandis que les libéraux s'exilent vers les pays où coulent le lait et le miel et qui exportent partout la démocratie à coups de bombes, de terrorisme et de révolutions financées.Je lui ai demandé le nom de son fils: Elvin, "lumière du peuple". J'espère que Lumière du Peuple reviendra en vie, il est musulman, mais je prierai pour lui quand même; sa mère est à la fois si fière de lui, et si inquiète...
Je n'ai pas d'enfants, mais je le comprends bien, et me fais du souci pour mes jeunes amis ou les fils des autres. Cela dit, ceux qui pensent trouver bon acceuil en occident, et s'imaginent qu'il est envers la Russie tout sucre et tout miel se trompent lourdement. J'ai compris depuis longtemps que le moment venu, si elle ne se défend pas, la Russie sera traitée comme la Serbie, sans doute pire, il n'y aura pas de quartier. Il faut être, en dépit de la certitude d'être la fleur de la nation, son intellect et sa conscience, d'une rare stupidité pour ne pas le voir, qu'on soit russe ou européen, d'ailleurs. Car les Européens, si leurs maîtres prennent le dessus, ne seront pas à meilleure enseigne que les Russes. Nous serons tous traités comme les gens du Donbass, c'est-à-dire comme des Peaux-rouges. Hachés menus par les bombes, privés de tout, battus, torturés et violés par les chiens de la Secte, quel que soit le nom qu'on leur donne.
Si le Donbass s'est dressé, la Russie, ou ce qu'il restera d'elle une fois partis ceux qui n'ont plus grand chose de russe et vivraient aussi bien partout, le fera aussi; curieux pourtant de voir que les musulmans qui font partie de la fédération, ou ceux qui viennent de pays limitrophes, sont les premiers à foncer pour la défendre. Restés plus traditionnels, ils comprennent sans doute mieux à quels démons nous avons affaire. Il faut espérer que Poutine sera à la hauteur de la décision qu'il a prise et ne trahira pas les attentes des gens qui comptent sur lui, et pas seulement en Russie. Quelquefois, on se le demande. Ce n'est pas le tout de parler avec décision, il faut assumer jusqu'au bout.
Je viens de voir une émission de Tsargrad, d'où il ressort que parmi ceux qui s'en vont, il y a beaucoup de migrants qui, pour des raisons diverses, estiment que ce n'est pas  leur problème. En revanche, une partie des ressortissants d'Asie Centrale bien installés en Russie s'enrôlent parce qu'ils considèrent la Russie comme leur pays et comprennent les enjeux planétaires de l'affaire. Les formalités pour obtenir la nationalité russe seront grandement simplifiés pour ceux qui s'enrôleront dans l'armée. A bon entendeur salut. 

J'ai ecouté également l'interview d'une actrice sensible et modeste qui a fait le voyage au Donbass pour voir de ses yeux et confirme tout ce que je sais depuis huit ans, entre autres, l'attitude digne et dépourvue de haine de ces gens maltraités et decidés a se battre pour survivre, et je ne parle pas seulement de survie physique, mais de survie morale, spirituelle.  Ces gens lui ont paru épurés par leur combat et leurs épreuves. Elle évoque la façon dont les "gens intelligents et éduqués" considèrent la "populace", et leur constante dérision a l'égard de tout ce qui est russe, et en particulier des grands classiques de la littérature, comme Tolstoï et Dostoïevski, dont " plus personne n'a besoin".Cela ne vous rappelle rien? Elle demande aux gens d'être capables de compatir, cette faculté de compassion étant une des plus belles qualités russes, dont l'oeuvre des grands classiques est imprégnée, et aussi d'envisager les points de vue inverses, car bien sûr, elle se fait traiter de tous les noms par un certain public.



jeudi 22 septembre 2022

Kitaïski Liotchik

 


La mobilisation représente 1% du potentiel, et ces réservistes ne seront pas envoyés au combat direct, néanmoins, des Russes fuient le pays pour ne pas risquer d’aller se battre. Le fils de Xioucha, alors qu’elle-même soutient activement le Donbass, se laisse monter le bourrichon par les libéraux et cherche à partir en France, « pays de la démocratie et des droits de l’homme », où il est né. Je regardais ce gros bébé et pensais qu’en France il sera un Arabe russe ou un Russe arabe, c’est d’ailleurs ce que lui dit sa mère qui, par son engagement passionné, son humour et ses expressions, me rappelle de plus en plus la sienne, l’inoubliable matouchka communiste du père Valentin. Si je fais abstraction des cas particuliers de neuneus qui font partie de mes connaissances et que par ailleurs je considère de ce fait avec une certaine indulgence découragée, je dirais que la fuite des lâches et des niais qui n’ont toujours pas compris ce qui se passait avec leurs compatriotes du Donbass, et ce qui attendait leur propre pays, entrera dans le cadre de la purification nécessaire dont je parlais dans ma chronique précédente. Pendant ce temps, des européens qualifiés, courageux, font des pieds et des mains pour venir ici, journalistes persécutés par leurs confrères et par le pouvoir, artisans et paysans qui n’arrivent plus à vivre de leur travail, familles traditionnelles qui ne veulent pas élever leurs gosses entre la menace de la piquouse et les intentions ténébreuses de la Secte du transhumanisme mondialiste, du wokisme et de la théorie du genre. J’ai eu encore une lettre d’une dame qui, elle, part en Serbie, car elle préfère vivre tout cela avec un peuple qui en est victime plutôt qu’avec un peuple qui en est complice.

Liéna est aussi patriote que Xioucha, mais dans la mouvance de ceux qui trouvent Poutine trop mou, et le soupçonnent de trahir. Elle parle de tout cela avec colère, mais cela fait partie de son caractère ombrageux. J’ai vu le rédacteur adjoint de la revue orthodoxe Thomas, Vladimir Gourbolikov. Il se dit pessimiste et lucide. Les musulmans ont une religion qui a la force d’une idéologie, ce qui n’est pas le cas des Russes orthodoxes, d’autant plus que la Russie a été très largement sécularisée par sa violente rééducation communiste, et malgré la renaissance de l’Eglise, les chrétiens restent en minorité. Il craint que nous ne puissions connaître de grand élan national, de sursaut salvateur. Le consumérisme, les médias ont fait beaucoup de mal, les jeunes sont ignorants de leur passé, et seulement désireux de profiter de la vie sans problèmes. Cependant, au Donbass même, avant 2014, les gens n’avaient aucune envie de se battre, et n’imaginaient pas qu’ils allaient le faire, jusqu’au moment où ils ont vu les chars ukrainiens entrer chez eux à grande vitesse, des opposants grillés impunément dans la maison des syndicats d’Odessa par des abrutis fanatisés, l’extermination des non conformes commencer à être mise en oeuvre. Et du coup, ils ont pris les armes et formé des milices, je me souviens même du moment où ils avaient descendu du piédestal, où il avait été posé en guise de monument, un tank de la seconde guerre mondiale qu’ils avaient remis en service. Il est vrai qu’au Donbass règne un état d’esprit différent de celui de Moscou ou Saint-Pétersbourg, mais c’est le cas de bien des régions russes. Et puis, et il en convient, si les Russes sont défaits et exterminés, le monde occidental n’y survivra pas lui-même, et la tyrannie mondialiste sera telle que plus personne n’aura envie de vivre, ce sera la fin des temps. Je lui ai dit que j’étais venue rejoindre la sainte Russie, que c’était elle qui m’importait, et que je croyais en le secours de Dieu, car quels que fussent les défauts des fonctionnaires et des libéraux qui ne savent plus d’où ils viennent, en face, les ténèbres étaient désormais totales, c’était la possession et la folie, et que Dieu ne pouvait favoriser les ténèbres, à moins d’avoir décidé d’en terminer avec ce monde. La Russie est notre seule arche, si elle coule, c'est la fin...

Xioucha me parlait d’une gourdiflotte de notre entourage qui attribue à la récupération de la Crimée ce qui s’est passé pendant huit ans ensuite au Donbass. Mais moi, je me souviens parfaitement que les habitants de la Crimée n’avaient jamais admis d’être arbitrairement placés en Ukraine. Et quand certains sont allés contremanifester au Maidan de Kiev, leurs autobus, avec enfants et vétérans de la seconde guerre mondiale, ont été attaqués à coups de barres de fer par les joyeux démocrates à folklore nazi. Il n’a pas fallu beaucoup les forcer pour revenir en Russie. Au Donbass même, on avait organisé un référendum où les gens allaient en courant et en masse, malgré le danger, voter pour la réintégration, et Poutine, pour des raisons que j’ignore, même si j'ai mon idée, ne les avait alors pas récupérés. Le manque de solidarité de ces petits bobos russes avec leurs compatriotes maltraités et les soldats qui les défendent m’afflige et me dégoûte. Ils vont même jusqu’à organiser des collectes pour l’armée ukrainienne. Qu’ils filent maintenant là où est leur place me paraît finalement logique, peut-être même salutaire, quelle que soit l'issue. .

Le dernier soir de mon séjour que j’ai prolongé uniquement pour cela, avait lieu un concert des balalaikers au Kitaïski Liotchik, ou Aviateur Chinois, un bar moscovite branché et sympathique, oùj’allais parfois déjeuner avec une jeune collègue quand je travaillais encore au lycée. Serioja en faisait partie, car il venait d’assister à une foire exposition des instruments de musique populaire, avec sa production, et je voulais le voir. Le contraste entre l’atmosphère générale de catastrophe approchante et la gaité débridée du public était très vif, je pensais aux récit des bringues de Benvenito Cellini à Florence pendant la peste. J’étais largement la plus vieille, personne n’avait plus de quarante ans, là bas dedans, et j’étais frappée par le côté joyeux, spontané et sain de cette soirée, où se mêlaient des succès sud américains, du rock’n roll, de la musique traditionnelle russe. Leur pari de faire vivre la balalaïka et son répertoire semble gagné, car ils ont visiblement leur public, qui s'est intégré tout cela et participe; les gens sont invités à chanter et se produire, et j'ai dû le faire aussi, au grand enthousiasme de Sérioja. Bien sûr, je me sens un peu décalée, parce que je n’ai plus autant d’énergie à dépenser, mais je préfère vraiment être dans ce genre de société qu’avec de vieilles intellectuelles tyranniques. Je les regardais tous s’éclater, Katia était si jolie, Sérioja si déchaîné, drôle et charmant, et tout cela sans rien de moche, de vulgaire ou de sinistre, de la pure jeunesse. Cela me démangeait de danser, c'est un truc tenace que la vie et le goût qu'on en a...

Dès qu’il m’a vue, Sérioja m’a étreinte comme un gros nounours : « Lora, Lora !!! Mais dites-moi, quel âge avez-vous maintenant ?

- Soixante-dix ans, Sérioja...

- Ah oui, oui... »

Il a pris un air lointain : « Ce n’est pas si vieux, ma grand-mère en a 92, et non seulement elle joue toujours de la balalaïka, mais elle s’est mise à piccoler ! »

Sa grand-mère m'avait bien plu, une vieille pleine de dignité, avec beaucoup de personnalité. Nous nous étions bien entendues. C'est avec elle et son grand-père qu'il a appris à jouer dès sa petite enfance. C'est pour cela qu'il est tellement russe.




 cet air traditionnel aurait plus de mille ans




lundi 19 septembre 2022

Photos

 


Je suis partie à Moscou à reculons, il faisait très beau, et j'éprouve une frustration terrible quand je dois me priver d'air, de soleil, et du spectacle de la nature, dans un pays où l'on est enfermé, chez soi ou dans le scaphandre des vêtements, les trois quarts de l'année. Olia Kalachnikova, passée me donner des plants de flox, a photographié ma maison et Rita. J'ai moi aussi photographié passionnément le jardin, les dorures qui apparaissent dans les feuillages, et les nuages encore fôlatres, les colchiques épanouis sous la danse des derniers papillons. L'année dernière, j'avais passé l'automne à l'hôpital, à regarder par la fenêtre les arbres changer, enfermée loin du vent et du soleil dont j'ai tellement besoin. Le père Valentin m'a dit que pour les gens du sud, l'hiver russe est une chose terrible, il est vrai qu'il est difficile de s'y habituer. 





J'ai participé à l'exposition des tableaux inspirés par Kourmych, et chanté comme promis. Cela se passait dans les dépendances de l'église sainte Tatiana, en plein centre, une église qui ressemble à un temple grec et où officie le père Vladimir Viguilianski, père de Sacha.

J'ai eu des réactions très émouvantes, un monsieur m'a remercié de lui avoir "mis de la lumière dans l'âme", avec ce répertoire oublié, une dame m'a dit que j'avais un regard slave, et que je l'avais bouleversée. Nous avons ensuite pris le thé avec des pirojki, les gens présents étaient très sympathiques, il y avait le baryton Artiom, un géant adorable qui ne peut pas voir un ami sans lui faire un câlin. Il y avait aussi le fidèle Génia, vétéran de l'Afghanistan qui seconde Sacha dans son oeuvre, des artistes exposants, des gens dévoués et purs. 

La fille d'un couple d'amis restait assise avec une figure tragique et harcelait son père pour s'en aller. Elle est anorexique, et pendue à son téléphone, échange avec une amie qui la pousse à maigrir. Dans mon jeune temps, je ne voyais pas d'anorexiques. J'ai l'impression que la folie gagne tout le monde, se glisse dans toutes les familles, et d'autant plus facilement qu'Internet facilite la contagion.

Liéna, la fille du père Valentin, me tient sur la guerre des propos défaitistes, d'après elle, les Russes n'ont absolument pas les moyens de la gagner, pas d'armée, pas d'armes, son père n'est pas d'accord et pense qu'elle écoute de mauvaises sirènes. Moi non plus. Encore que depuis des années que je la sentais arriver, je ne pensais pas que les Russes prendraient l'initiative, car leur pays est encore convalescent et n'avait pas besoin de cela. Cependant, si Poutine y est allé après bien des reculades et des finasseries, c'est sans doute qu'il ne pouvait pas faire autrement. Et pour ce qui est de l'armée, je pense qu'elle reste une bonne armée russe avec des soldats vaillants, et les armes, il s'est justement donné le temps de les moderniser et d'en refaire les stocks. Les gens ici, surtout dans les grandes villes et les milieux intellectuels, se laissent égarer par toutes sortes de commentaires visant à leur faire perdre le moral, l'amour et l'estime de leur propre pays. Comme partout ailleurs, du reste, sous l'effet de la même sinistre internationale. Il m'apparaît de plus en plus que la ligne de front n'est pas tant sur le territoire de l'Ukraine qu'à l'intérieur de toutes les sociétés impliquées. Nous sommes la proie d'un cancer moral qui envoie des métastases partout et si le tissu des uns est plus sain que celui des autres, nous en sommes tous infectés plus ou moins. 

La guerre ne se mène pas seulement dans l'abcès de fixation ukrainien, et ne se caractérise pas par une lutte entre différents peuples, mais à l'intérieur de chaque pays, par la lutte de chaque peuple pour sa survie, contre une secte financière idéologico-mafieuse pour qui tous les coups sont permis. Et dans chaque pays, une proportion plus ou moins grande de gens le comprend, une proportion plus ou moins grande de gens, au contraire, adhère à la corruption générale des moeurs et des esprits et à la tyrannie qui s'annonce. C'est pourquoi les Russes patriotes appellent à la purification du pays, je dis bien purification, et pas épuration... Cela passe par les programmes culturels, les programmes scolaires, les médias, qui doivent être nettoyés de la vulgarité corruptrice et des profanations systématiques, l'exclusion des organismes inernationaux sournois dont les buts sont désormais ouvertement toxiques. Dans cette perspective, l'armée et ses armes jouent bien sûr un rôle, mais pas forcément le plus important, car la Russie a déjà réussi à compromettre gravement l'établissement de l'hégémonie mondiale américanoïde que redoutent tous les gens normaux. Même si les Russes sont peu nombreux, après les saignées du XX° siècle, en face, ils ne sont pas nombreux non plus, et pas du tout disposés à se mobiliser massivement pour servir de chair à canon à l'Etat profond et à ses marionnettes, passer des démonstrations de drapeaux ukrainiens au vrai casse-pipe n'est certainement pas dans la mentalité du bobo ordinaire. L'OTAN enverra ses mercenaires officiels ou non officiels. Il s'agit surtout de ne plus se laisser culpabiliser par les salauds et leurs troupeaux d'imbéciles qui nous pourrissent tous.



vendredi 16 septembre 2022

Arrière

 




Olga Kalachnikova, le monastère saint Daniel

Ce soir, Olga Kalachnikova, m'a invitée à venir récupérer des plants de fleurs, elle fait le ménage dans son jardin. Nous avons discuté de la situation générale et de la dégradation de la mentalité et du niveau culturel et moral, à l'échelle mondiale. Son mari a enfin retrouvé sa nationalité russe, mais du coup, il ne peut plus aller en Amérique, où il a encore une maison et des enfants, et ses comptes sont bloqués... Ils me disent que c'est ma mission d'écrire sur la Russie et de donner un autre son de cloche. Leurs voisines vont à la cathédrale et les tiennent au courant de mes faits et gestes: "Laurence a communié aujourd'hui!"

Je suis allée chez une intellectuelle, Larissa Kachouk, qui voulait m’interviewer, en fait, elle collectionne les interviews de gens qui l’intéressent, et aussi les objets anciens. Elle vit dans un village après Veskovo, et ce devait être autrefois très joli, la nature est belle, plus sèche que là où je vis, avec des espèces plus variées, c’est sur une hauteur, au dessus du lac. Mais comme d’habitude, on construit n’importe quoi n’importe où. Mon intellectuelle avait d'un côté un garage, de l'autre un bain de vapeur, elle a réuni le tout, et s'est avisée qu'avec un ou deux étages en plus, elle aurait plus de vue. Une vue dégagée mais considérablement gâchée par deux ou trois machins en plastique qui me font, dans cette nature, le même effet que des packs de lait et des canettes de bière jetés sur le bord d'un chemin: moche, aléatoire et superflu.  

Larissa Kachouk chez moi

A part ça, elle est intelligente et marrante, alors que je craignais une emmerdeuse de plus. Elle écrit des livres historiques, mais plutôt sur la vie des gens aux siècles passés. Elle pense que j’ai été appelée par la Russie, que c’est une vocation mystérieuse, et que malgré tous mes efforts, je n'ai pu y échapper, ce qui est vrai. Elle écrit ses mémoires, et pense qu'il faut rester dans l'ordre chronologique, et ce n'est pas ce que je fais dans mes souvenirs d'enfance, mais bon, ça se discute. Elle a déjà écrit 500 pages!

Nous allons de plus en plus vers la guerre totale avec l’OTAN qui a lancé une offensive « ukrainienne », c’est-à-dire de la chair à canon chassée en avant par des mercenaires internationaux,  à laquelle les Russes n’ont pas pu s’opposer. Du coup, tout le monde voit la Russie vaincue et Poutine pendu. Ce qui est un peu beaucoup prématuré. Mais je me fais du souci, et puis ça me rend malade, le triomphe de ces créatures des ténèbres et de leurs cortèges d'imbéciles, et les représailles sadiques sur des populations qui se croyaient hors de danger. Souvent, d'ailleurs, je fais comme au cinéma quand ça devient pénible, je ne regarde pas, je zappe l'info, j'attends des analyses plus calmes et plus générales, pour ménager mes nerfs et ma sensibilité. Une Russe de France m’envoie une liste de gens à abattre qui figure sur un site ukrainien, cela doit être le fameux mirotvorets. Depuis l’attentat sur Daria Douguine, je pense que cela peut tomber sur n’importe qui. Tous les coups leur sont permis, ils nous considèrent comme des cafards. Pour les curieux de nature, un témoignage en français, à partir de la 35° minute, à peu près: https://all-make.net/dmitrij-evstafev-na-solovyov-live-ot-10-09-2022.html

Voyant sur un mur de Pereslavl la photo d'un jeune officier local tué là bas, j'ai eu une pensée pour son âme et me suis signée. Aussitôt, un bonhomme au type oriental m'arrête: "Pardonnez-moi, je vois que vous avez fait le signe de croix devant cette photo, et vous n'êtes pas la première, qu'est-ce que cela veut dire?

- C'est juste une petite prière pour ce garçon qui est mort pour nous."

Il s'est retourné vers sa femme: "Tu vois, c'est les gens qui prient..."

Du coup, ce matin, pour me décrasser la cervelle, j'ai fait la dernière tonte du jardin, débroussaillé ce que je n'avais pas touché de tout l'été: comme me l'a démontré le lézard de l'autre jour, la faune sauvage de mon espace hiberne déjà, mais des papillons, bourdons et abeilles tournoient encore sur les dernières floraisons, dès qu'il y a un peu de soleil. J'ai dégagé les saules qui poussent effectivement à grande vitesse, dans deux ou trois ans, si je suis encore en vie, la verrue du voisin ne me fera plus trop cuire les yeux. Ils sont très jolis, souples, argentés, liquides. Pendant que je m'affaire dans le fil du vent doux et humide, et que je calcule les endroits où je vais transplanter ceci ou cela, j'oublie les horreurs et les vilenies fantastiques dont l'écho m'arrive sur les divers réseaux. Le contact avec la nature est l'antidote vital à la folie collective.

 Quand je me penche sur les vieilles photos pour écrire mes souvenirs d’enfance, j’ai l’impression de les regarder depuis l’au delà. J'ai consulté une carte du Gard, je me rendais compte que j'avais oublié tout cela, je refaisais mes itinéraires, j'arrivais à Pont-Saint-Esprit, je passais le Rhône, ah oui, et là, je tournais vers Lapalud, je remontais vers Pierrelatte, ou bien je filais sur Bollène, et j'allais chez ma soeur à La Garde, ou ma cousine à Uchaux, je m'arrêtais dans un centre commercial pour acheter du pain Marie Blachère...  Et tous ces noms sentent le terroir, la ruralité qui n'est plus, le moyen âge chrétien, et aussi les années 50 et 60 de mon enfance, pleines de paysans à béret, de petites vieilles en robes de satin fermière sur des chaises paillées au milieu des géraniums, de boutiques aux patrons souriants qui criaient joyeusement: "qu'est ce que je vous sers?" avec l'accent du midi. Tout cela est si familier. Et si loin. 

Je corresponds avec un monsieur qui vit en France à l’écart de tout, avec sa femme, et ils ont des réunions avec des gens comme eux, ils ont d'ailleurs la chance d’être assez nombreux pour pouvoir se réunir, il y en a qui sont vraiment tout seuls. Ils se réconfortent les uns les autres, écoutent de la musique, échangent des réflexions, en gros c'est "sur les falaises de marbre". Un de ses amis s'est fait agresser chez lui à cause de son épouse russe, journaliste trop engagée...

Ma cousine s'est réfugiée dans un ravissant village de Dordogne, où subsiste une vie rurale.  

J'ai vu une interview de Lapierre, il s'agit d'un allogène qui répète comme une incantation qu'il faut tuer les fachos,  mais qui est incapable de dire ce qu'il entend par là. Il est visible qu'il a deux neurones enchâssés dans beaucoup d'os et peut-être un peu d'eau, et c'est tout. Il a ce mot merveilleux: "les Français sont tous à la campagne". On voit se dessiner la concrétisation des isolats qu'envisageait Jean Raspail.

Je dédie ce document à tous ceux qui pensent qu'ici, on n'a aucune liberté, que Poutine égale Staline, et qu'on y fait la chasse aux homos:

Lettre ouverte de l'actrice Maria Choukchina au président Poutine

C'est la guerre. Monstrueuse. Là bas, en Ukraine, nos gars meurent, la fleur de la nation, son espoir. Ils sont jeunes, beaux et forts. Ce sacrifice se fait pour le bien de la Russie, pour notre avenir. Nous, les gens, comprenons et acceptons cela. Mais que faire, quand la guerre est déjà dans nos villes, dans nos coeurs?

Et les ennemis ce sont "les nôtres"! Le 4 septembre, un concert en l'honneur de la connaissance a eu lieu à Vladivostok. Lors du concert, s'est produite en présence du maire de la ville, la chanteuse Klava Koka. La place centrale, avec sur la droite, l'administration municipale, sur laquelle flotte fièrement le drapeau de la Fédération de Russie. A gauche, juste sur la place elle-même, une église orthodoxe qui orne la ville de ses coupoles et de ses croix dorées.

Mais qu'il est douloureux d'entendre les paroles interprétées par la chanteuse "je m'en fous, je m'en fous", et les jurons gratinés de la chanson sont entendus par tous les enfants, adolescents et adultes venus au concert de la journée de la connaissance. Puis c'est la chanson "ramenez-moi ivre à la maison" qui retentit. Qu'est-ce que c'est que ça? Je vous le demande, qu'est-ce que c'est que ça? Et je vais vous répondre. C'est la guerre! La guerre sanglante, la plus dure, destinée à corrompre, déshumaniser les gens et leurs enfants. Ce ne peut pas être une erreur! Sinon, que font nos fonctionnaires dans leurs bureaux s'ils ne prennent pas le temps de vérifier le répertoire des artistes pour un événement si important? La censure devrait commencer dans les bureaux. Pourquoi les conseils artistiques sont-ils supprimés?

Qui a permis à Constantin Bogomolov de faire des représentations d'acteurs nus au théâtre de la Malaïa Bronnaïa, de se moquer de l'uniforme militaire, de la mémoire de la seconde guerre mondiale, de mettre en scène des représentations où les comédiens s'enfoncent sans ambiguité une arme à feu dans la bouche, la lèchent dans tous les sens, pour accentuer la connotation sexuelle? Il existe de nombreux artistes de ce genre. Leur nom est légion. Nos enfants peuvent en rang chanter l'hymne national autant qu'on veut. Mais ceux-là viennent au concert de la ville et face aux coupoles de la cathédrale chantent "Je m'en fous".

L'impuissance, la colère, l'incrédulité s'insinuent en silence dans l'âme des gens. On doit arrêter ce gâchis. Il faut que quelqu'un se mette de notre côté. du côté du peuple. Le diable est dans les détails. Dans le décolleté plongeant de la chanteuse qui a été payée 4 millions pour faire la promotion de l'alcool et des obscénités sur scène avec sa chanson "ramenez-moi ivre à la maison". C'est là tout ce qu'on voulait souhaiter à nos enfants le jour de cette fête radieuse? C'est pénible. Amer. Douloureux. Les gens sont fatigués! Les gens sont intérieurement brisés. Il leur faut l'espoir! L'espoir qu'il y ait au gouvernement des hommes pour qui les notions de "devoir", "d'honneur"; de "conscience" ne sont pas de vains mots. Nous avons besoin de l'Espoir que nous ne sommes pas en train de glisser dans l'abîme. Or pour l'instant, c'est le cas. 

L'éducation est "la nourriture de l'axe". Au centre, dans l'âme. Qu'offrons-nous à nos enfants? Que nous proposez-vous? Maison 2? Kirkorov, avec sa chanson "Mood color blue"? Le gay déclaré Dania Milokhine avec ses ongles laqués et sa robe? Ou bien le livre le plus populaire dans la jeunesse en 2022, "l'été en cravate de pionnier"? Jusqu'à quand les officiels détruiront-ils la culture, nous détruiront-ils? Des concerts, des chanteurs, chanteuses et acteurs de ce genre tuent le plus important: la foi. Elle est fragile, chez les enfants, vous savez. C'est inimaginable, brutal, féroce, ce "je m'en fous" à vif, devant les églises, et les enfants.

https://vk.com/wall8761179_170286

 J'ai trouvé ensuite un complément à ce texte. Personnellement, je désapprouve l'expression de l'auteur: "c'est la victoire de la Russie sur la Russie", car il s'agit en fait de la victoire de l'Antirussie sur la Russie. De même que Macron est l'Antifrance, Ursula la Hyène l'Antieurope, et que tout cela sert l'Antéchrist.

"Un homme de sainte vie m'a dit l'autre jour: PERSONNE NE PEUT BATTRE LA RUSSIE, SI CE N'EST LA RUSSIE ELLE-MEME.

Quand une fille dont le pseudonyme est Klava Koka, hurle sous les basses, sur la place principale de Vladivostok, en face de la cathédrale: "mais je m'en fous", répétant cela dans un refrain, jetant ces mots aux murs sacrés de l'église, dans l'aura verte et violette des projecteurs, et que la foule chante avec elle, tandis qu'au front, c'est la mort et l'encerclement, c'est la victoire de la Russie sur la Russie.

Quand au même moment, Chnour déchire une arène de cent mille personnes avec des obscénités tonitruantes, le jour triste et calme de la décapitation de saint Jean Baptiste, c'est la victoire de la Russie sur la Russie.

Lorsque des feux d'artifice volent dans le ciel au moment où pleut le phosphore dans le ciel de Donetsk, c'est la victoire de la Russie sur la Russie.

Les morts et les blessés du concert de Chnour, ainsi que le feu d'artifice qui a été, semble-t-il, à Tioumen, tiré dans la foule, ce sont encore des signaux très délicats, mais déjà terribles, de Dieu qui nous crie que nous sommes fous.

vous savez, je ne mets pas du tout mon armée en question. Malgré les bouleversements des 30 dernières années, c'est toujours la même armée du soldat russe invincible, c'est toujours la meilleure armée du monde. Toutes les lamentations sur les réseaux à propos des erreurs des commandants, c'est du vide. Et vide de sens. Nous en reparlerons après la guerre. Et nous comrpendrons que nous n'avons encore rien vu.

Mais les guerres elles-mêmes, et les défaites qu'elles entraînent sont liées à une vie négligente et malpropre à l'arrière. 

Notre conscience, à la recherche de coupables et de causes au mal, reste toujours autour, au lieu d'en elle-même, il est difficile de s'accommoder de cette loi, elle est pourtant de fer, et éternelle.

La meilleure armée ne nous sauvera pas;si le peuple, appelé à être chrétien, stagne. 

Une pomme pourrie de l'intérieur, quelle que soit la solidité de sa peau, périra. 

Elle périra peut-être, paradoxalement et illogiquement, de la main de ceux qui sont plus faibles, qui sont des bêtes féroces, qui sont étrangers à Dieu. mais même cela peut devenir un fléau entre les mains de Dieu. Souvenez-vous des récents athées-bolcheviques: ils ont gagné contre toute logique extérieure, ils ont démoli un pays des plus puissants, mais qui dans son coeur, se retirait de Dieu.

Souvenez-vous des paroles du Christ: "Il sera beaucoup demandé à ceux auxquels on a beaucoup donné" (Luc 12:48).

On nous a beaucoup donné. et maintenant, plus que jamais, nous vivons une époque de liberté inou¨£ire, pour tous, et pour l'Eglise. Des églises sont ouvertes à presque tous les carrefours, chaque jour, dans les églises, quelque chose peut éclairer, remplir  et rendre notre vie heureuse, la confession, la communion, une conversation paisible sur l'essentiel. Venez boire à cette source de vie. Nous l'avons! Nos pères et nos grands-pères ne l'avaient pas. Et nous l'avons!

Or nous...jetons des chants obscènes aux murs de ces églises, accompagnés par la foule.

C'est pour cela que nous subirons la défaite, à la fois dans notre vie et au front. C'est pour cela que le soldat russe mourra. 

Car c'est une loi éternelle: les purs souffrent pour les impurs. Pour purifier l'impur.

La guerre est lancée et ne fait que commencer. La mobilisation militaire de tout le pays n'est probablement pas nécessaire, mais une autre mobilisation s'impose. Une mobilisation pour l'humanité. Et pour la prière.

Ici, à l'arrière, il nous faut devenir des êtres humains, nous devons revivre, nous réveiller, pour que la vie triomphe à l'avant. Les gens font de nous d'autres personnes quand nous commençons à vivre pour eux. ainsi que notre langue, quand nous cessons de l'utiliser contre notre prochain et de le souiller par des jurons blasphématoires; et notre culture, nos poèmes, nos films, notre musique; et surtout nos lieux saints. Et notre attitude envers eux.

Cela n'arrivera pas, nous aurons une Russie vaincue, avec la plus forte armée du monde, avec les meilleures armes, comme c'est le cas, actuellement, sur la planète. Nous aurons la Russie vaincue par la Russie elle-même."

Boris Kortchevnikov

https://vk.com/wall708501966_3631

On voit bien que cette Antirussie nuit librement en Russie, pour l'instant, et que ces braillards répugnants et ces fonctionnaires complices ne sont pas arrêtés et se portent très bien. C'est d'ailleurs ce que je répète depuis des années. Néanmoins, contrairement à l'auteur, j'ai de l'espoir, car l'Antirussie n'a pas encore poussé assez de métastases en Russie pour en provoquer fatalement la mort, et le sursaut de cette dernière pourrait débarrasser le monde de cette tumeur maligne américano-mondialiste dont l'Europe crève. 
J'ai été très frappée par cette vidéo: https://vk.com/video358766947_456239119?list=2b415773f4be65377d
Le prêtre qui y figure, le père Dionysi, écrit:
Ces visages...
Il est difficile de les regarder
Comme si on s'en sentait indigne.
C'est qu'en eux est l'image de Dieu; 
la Face de Celui qui a pris sur Lui beaucoup de souffrances et même la mort.
Pour nous.
Et maintenant, regardons l'un des principaux maudits à qui nous devons tout cela, et qui s'en vante:https://vk.com/wall598003758_12041

Идёт война. Чудовищная. Там, на Украине гибнут наши парни -цвет нации, Надежда. Молодые , красивые, крепкие. Эта жертва во благо России, во имя нашего будущего. Мы, люди это понимаем и принимаем. Но как быть, когда война уже в наших городах, сердцах.

А враги «свои» же! 4 сентября в городе Владивосток прошёл концерт посвящённый дню знаний. На концерте , в присутствии мэра города выступала певица Клава Кока. Центральная площадь, с права в 100 метрах расположена администрация города, на которой гордо развивается флаг Российской Федерации. Слева -прямо на самой площади стоит православный храм, украшая город своими золотыми куполами и крестами.


И как же больно слышать слова песни в исполнении певицы -« мне пох, мне пох» отборные маты песни слышат все подростки, дети, взрослые которые пришли на концерт приурочений к дню знаний. Далее звучит песня «забери меня пьяную домой». Что это ? Я спрашиваю вас -что это ? А я вам отвечу. Это война! Кровавая, самая жёсткая война направленная на развращение, обесчеловечивание людей, детей. Не может это быть ошибкой ! Иначе, чем занимаются наши чиновники в своих кабинетах если у них нет времени проверить репертуар артистов для такого важного мероприятия? Цензура должна начинаться в кабинетах. Почему упразднены худ.советы?

Кто позволил Константину Богомолову в театре на Малой Бронной ставить обнаженные спектакли и глумиться над формой военных, над памятью о ВОВ, ставя спектакли где актеры недвусмысленным образом берут в рот пистолет, облизывают его всячески подчёркивая сексуальный подтекст. Много таких деятелей искусств. Имя им легион. Наши дети могут сколько угодно петь гимн России на линейках. Но они приходят на городской концерт и подпевают глядя на купола церкви «мне по».

Бессилие, гнев, неверие заползает тихо в души людей. Кто-то должен остановить эту грязь. Кто-то должен быть на нашей стороне. На стороне людей. Дьявол кроется в мелочах. В открытом декольте певицы, которой заплатили 4 миллиона за то, что она со сцены пропагандирует алкоголь и маты песней «забери меня пьяную домой». Это всё, что хотели пожелать нашим детям в этот светлый праздник ? Тяжело. Горько. Больно. Люди устали ! Люди сломлены внутри -людям нужна Надежда ! Надежда на то, что есть люди в правительстве для которых понятие «долг», «честь», «совесть» -не пустой звук. Нужна Надежда на то, что мы не катимся куда-то в пропасть. А сейчас так и есть.

Воспитание -это питание в ось. В центр, В душу. Что мы предлагаем нашим детям? Что вы предлагаете нам ? Дом 2? Киркорова с его песней «цвет настроения синий»? Откровенного гея Даню Милохина с накрашенными ногтями и в Платье ? Или самую популярную книгу среди Российской молодёжи в 2022 году -«лето в пионерском галстуке» ? До каких пор чиновники будут уничтожать культуру, уничтожать НАС ? Такими концертами, такими певицами и певцами , актерами и и,д убивают самое важное -веру. Она хрупкая у детей -вы же знаете. Невообразимо, жестоко, зверски, так по живому -«мне по» - у храма, для детей.

Один человек святой жизни сказал мне на днях:
"РОССИЮ НИКТО ПОБЕДИТЬ НЕ МОЖЕТ, КРОМЕ... САМОЙ РОССИИ".

Когда какая-то девочка с псевдонимом клава кока орет под басы на главной площади Владивостока, напротив Кафедрального собора, "а мне пох", повторяя это на разрыв рефреном, бросая эти слова в святые стены храма, мерцающие фиолетовым и зеленым отсветом концерта, и ей подпевает толпа - в то время, когда на фронте - смерть и окружение, - то это победа России над Россией.

Когда в это же самое время в сердце страны Шнур рвет сто-тысячную арену раскатистым матом - под скорбный тихий день Усекновения главы Иоанна Крестителя - это победа России над Россией.

Когда в небо летит салют в то время, когда с неба Донецка летит фосфор - это победа России над Россией.

Погибшие и раненные на концерте Шнура, и салют, который, кажется в Тюмени, выстрелил в толпу ... - это всё ещё очень деликатные, но уже страшные сигналы от Бога, который кричит нам о том, что мы обезумели.

Знаете, у меня вообще нет никаких вопросов к моей армии. Она, несмотря на все потрясения последних 30 лет, по-прежнему - всё та же армия непобедимого русского солдата, по-прежнему одна из лучших армий мира. Все сетевые причитания про ошибки командиров и тп - это пустое. И бессмысленное. Об этом поговорим после войны. И увидим, что ничего раньше не видели.

Но и сами войны, и поражения на них происходят за нерадивую и грязную жизнь в тылу.

Наше сознание, ищущее виноватых и причины зла всегда вокруг, а не в самих себе, трудно вместит этот закон, но он железный и вечный.

Даже лучшая армия не спасет, если призванный быть христианским народ, оскотинивается.

Яблоко, гнилое изнутри - какой бы крепкой не была его кожура - погибнет.

Погибнет, может быть, парадоксально и нелогично: от рук тех, кто слабее, кто зверь, кто Богу - чужие. Но и такие могут быть бичом в руках Божиих. Вспомните недавних безбожников-большевиков: они победили нелогично, вопреки всякой логике внешнего - снесли мощнейшую, но отступившую в сердцах от Бога, страну.

Помните слова Христа: "Кому много дано, с того много и спросится" (Лк. 12:48).

Нам очень много дано. А сейчас - много, как никогда, мы живём в пору неслыханных свобод - всех, и свободы Церкви. Храмы стоят открытые почти на каждом перекрестке, в храмах - каждый день то, что может высветить, наполнить и осчастливить всю нашу жизнь - исповедь, причастие, тихий разговор о главном. Приходи и пей от этого источника жизни. У нас это есть! У наших отцов и дедов не было. А у нас есть!

А мы... кидаем матерные попевки в стены этих храмов под подпевку толпы.

Вот за это будем нести поражения и в наших жизнях и на фронте.
Вот за такое будет умирать святой русских солдат.

Потому что это ещё один вечный закон: чистый страдает за нечистого. Чтобы нечистый очистился.

Война идет и только начинается. Военная мобилизация всей страны, наверно, не нужна, а вот другая мобилизация - необходима. Мобилизация на человечность. И на молитву.

Нам здесь, в тылу, людьми надо стать, ожить, проснуться надо, чтобы и на фронте жизнь победила.

Людьми нас делают - другие люди, когда мы начинаем жить ради них; наш язык, когда мы перестаем бить им ближнего и сквернить его богохульной матерщиной; наша культура - стихи, фильмы, музыка наша; и более всего - наши святыни. И отношение к ним.

Не будет этого, это будет побежденная Россия - при сильнейшей армии мира, при лучшем оружии, как сейчас, на планете, - это будет Россия, побеждённая самой Россией.