Translate

jeudi 22 août 2019

Été indien?


Ce matin, il faisait bon, un vent tiède, du soleil, l’été indien dont rêve Dany depuis deux mois, alors qu’en principe, nous aurions dû avoir l’été tout court ? Mais à présent, septembre approche, les arbres rougissent, jaunissent, si l’été indien vient au mois d’août, nous aurons la neige le 1° novembre ?
Comme on ne sait jamais, ici, je suis allée à Koupanskoïé, à la plage des moscovites, nager.  Il n’y avait personne, sauf un prêtre à grande barbe et sa femme, qui faisaient trempette. J’ai fait de même. L’eau était très fraîche, mais j’aime bien, au bout d’un moment, c’était absolument délicieux, un peu d’été volé à cet automne venu beaucoup trop tôt.  J’ai croisé deux canards. Au dessus de moi, je voyais un grand pin à moitié déraciné, et songeais que j’étais pareille à lui, un pied dans la tombe, mais droite et toujours pleine de vie, néanmoins, si attachée à la vie que je devrais même avoir honte de ne pas songer davantage à la vie éternelle et tout ça, mais je n’arrive pas à dissocier les deux, c’est cela mon problème, je n’arrive pas à appréhender Dieu autrement que par l’extase de la vie, il me semble qu’il est la source et l’au-delà de cette extase, et c’est pourquoi je n’ai vraiment pas de goût pour l’ascèse, je ne suis pas ascète, je suis poète.
Le soleil, pendant que je nageais, disparaissais derrière de menaçantes et sombres nuées que le vent chassait par-dessus les pins noirs. Je suis sortie de l’eau à regret, complètement revigorée, et j’ai  fait une aquarelle, mais la pluie s’annonçant de plus en plus, j’ai dû rentrer à Pereslavl, me battre avec mes tonnes de poires.
Je suis allée en donner au père d’Aliocha, qu’intéressait surtout l’accordéon du Vietnam.  Je le lui ai apporté, il a commencé à l’examiner, le toucher, l’essayer. «Je joue à l’oreille, me dit-il, je ne connais pas les notes…
- Très bien ! Moi non plus ! C’est cela, le folklore.
- Bon, je vais me remettre à tout cela, et montrer à Aliocha…
- Bien sûr ! C’est très important, vous lui transmettrez là quelque chose de très précieux ! »
Pendant que je pelais mes poires, sur le perron, un vent froid s'est levé, adieu l'été indien? Pas sûr. Ici, le temps est si capricieux, parfois je pense à la "Montagne magique" de Thomas Mann, avec ses averses de neige en plein été. J'essaierai d'aller encore voler quelques baignades, et quelques aquarelles
...

Qu'elle est courte et fragile, notre existence... Le père Luc Duloisy vient de mourir, si brusquement, et j'ai même des remords de n'avoir pas réalisé à quel point c'était imminent, quand sa femme m'a parlé de son état grave, j'étais à Vologda, l'esprit sollicité par le voyage, les visites, les conversations avec Katia, la conduite...
Je regrette de ne jamais l'avoir rencontré ailleurs que sur facebook. C'était un homme très profond, et très cultivé, qui donnait à lire de beaux textes, religieux, philosophiques, poétiques. Il publiait régulièrement des poèmes de moi, signe qu'il allait les lire, ce qui me touchait et m'encourageait.
Il était à la fois très orthodoxe et très enraciné dans la terre de France, un peu comme Henri Barthas. Et moi, le suis-je? Je pense que oui. Mais surtout dans le temps, je suis enracinée dans le temps.
Je suis à un âge où l'on ne devrait plus faire de projet, où l'on peut partir du jour au lendemain. Mais Dieu nous laisse les délais qu'il faut, et nous prend à notre heure...

Bon, c'est vraiment pas les gorges de l'Ardèche...


mercredi 21 août 2019

Vologda, bilan

Je suis rentrée de Vologda sous la pluie battante, après une seconde visite au merveilleux kremlin. Je n'ai pu voir le musée d'art populaire ni la collection d'icônes, car c'est fermé les lundi et mardi, mais j'ai admiré une jolie construction de bois bénévolement repeinte par les habitants qui se proposent, Elle offrait le spectacle de ces dessus de cheminées et gouttières ornementés et ajourés dont on commence à voir des exemples à Pereslavl. Puis j'ai vu les très belles fresques de la cathédrale, qui datent du XVII° siècle, mais gardent toute la transparence et la sobriété des périodes antérieures. La gardienne, très aimable, m'a dit que Vologda était encore beaucoup plus belle, qu'on l'avait, malgré les apparences, énormément détruite et abîmée, et les gens aussi étaient bien meilleurs. Cependant, il m'est revenu à l'esprit que j'avais fait une rapide visite de la ville déjà en 97, dans le cadre d'un pèlerinage à Kirillobelozersk, et elle ne m'avait pas du tout laissé cette merveilleuse impression, elle m'avait paru très délabrée. J'avais été reçue dans un monastère ravagé, qui avait servi de camp, avec l'habituel contingent de squelettes au crâne perforé trouvés au cours des travaux de restauration, et enterrés dans une fosse commune sous une croix orthodoxe. Le hiéromoine en charge de l'endroit  n'était déjà plus de ce monde, il flottait dans l'atmosphère pluvieuse et sinistre, revêtu de sa chasuble de Pâques, et ne restait suspendu parmi nous que grâce au mouvement pendulaire et tintinnabulant de son encensoir. J'ai même retenu son nom: le père Vassili.
La ville telle que je l'ai vue cette fois ne reflète pas un passé tsariste de barbarie, de ténèbres et de misère. Ces maisons de bois délicatement et délicieusement sculptées, avec leurs balcons, leurs vérandas, ces nombreuses et féeriques églises, impliquent plutôt un réel raffinement, un art de vivre, à la fois modeste et poétique, et laissent pressentir une vie calme, rêveuse, et même nonchalante, avec des commères qui prennent le thé, des marchands qui font des gueuletons dans les traktirs avec les tsiganes, des garçons en chemise rouge qui taquinent la balalaïka et l'accordéon en cherchant à séduire des filles moqueuses à l'affût d'un célibataire. Un tableau de Kustodiev en somme...
L'autre conclusion, c'est qu'en dépit de ce qu'on a pu me dire sur les destructions qui ont quand même eu lieu, et je le crois, la ville s'est bien relevée depuis les années 90. Les gens n'ont pas l'air d'y vivre si mal que cela. Ils sont habillés normalement, ils sont paisibles, plutôt souriants, ils ont des magasins, des cafés, des parcs, et tout est propre et bien tenu. La périphérie est hideuse, mais je pourrais aussi bien dire cela de Paris ou de Lyon... Certes à Rostov, personne ne semble se soucier de restaurer les jolies maisons ni d'entretenir les routes, même chose à Pereslavl, mais cela dépend peut-être beaucoup de l'administration locale, si elle est relativement honnête et cultivée ou bien corrompue et ignare... Bref, discutant de nos diverses observations, nous en sommes, arrivées, Katia et moi, à la conclusion que Poutine venait, à Vologda, de gagner quelques points de popularité dans notre rating personnel.
Nous sommes ensuite allées au festival de folklore dans un espace-musée où l'on a rassemblé des isbas, des moulins, des chapelles et églises en bois arrachées aux villages plus ou moins abandonnés où elles risquaient de brûler ou tomber en poussière. Chacun de ces bâtiments est magnifique, avec cette poésie nordique archaïque qui m'enchante, mais l'on sent que leur accumulation n'est pas très naturelle. J'étais fatiguée, et le règlement interdisant l'entrée aux chiens, je cachais Rita dans son sac, ne pouvant la laisser dans la voiture au soleil, et je la sortais périodiquement en contrebande, cela ne me facilitait pas la visite. Il y avait une grande quantité d'ensembles folkloriques et de simples visiteurs habillés de façon traditionnelle, qui me paraissaient vraiment transfigurés par rapport à ceux qui déambulaient dans leurs affreux oripeaux contemporains, comme me l'a fait observer Katia, ce sont ceux-là qui avaient l'air déguisés, et les jeunes gens "russes" étaient si beaux... le vêtement des filles résolument féminin, seyant et pudique à la fois, celui des garçons, viril et éclatant. Et leur comportement même en était différent, les garçons devenaient des seigneurs, et les filles des princesses, les uns draguant gentiment les autres. J'observais les danses: comme les chants, elles sont un mode de communication, qui met les gens en relation, on change perpétuellement de partenaire, de bras, de mains, on fait la ronde, on se croise, se prend, se déprend, on se met en valeur à tour de rôle, en venant faire un solo au centre, et en revenant ensuite dans le groupe, où tout le monde a sa place.
J'avais à mes côtés une brave dame venue avec son groupe. "Cela me fait plaisir de voir toute cette jeunesse, lui dis-je, et qu'ils sont beaux, qu'ils ont de bons et clairs visages...
- Oui, chez nous, on essaie activement de faire renaître tout cela. Et il faut dire que contrairement à d'autres endroits du pays, nous avons encore des paysans. Cela dit, nous manquons d'accordéonistes...
- Mais j'ai vu plein de jeunes accordéonistes, au stage, hier...
- Nous n'en avons pourtant pas assez."
J'ai brusquement repéré parmi les divers artisans Sergueï le potier, que j'avais rencontré à Férapontovo l'an passé et qui m'avait offert deux ou trois choses. Il m'a invitée à venir m'asseoir sur son banc et nous avons discuté. Il est très seul, et pensait même partir en Hongrie, pays de son père, où il a un peu de famille. "Qu'iriez-vous faire là bas dans l'Europe Unie maudite? La Hongrie résiste, mais pour combien de temps?
- L'appel de la patrie...
- Mais votre mère était russe, vos poteries sont russes, votre patrie est aussi ici..."
Nous avons parlé de choses et d'autres et des filles jolies et pleines de qualités intellectuelles et morales qui ne trouvent pas preneur, à moins de tomber dans une marmite de folklore quand elles sont petites. "Oui, me dit-il, c'est ainsi, de nos jours, ce n'est pas compréhensible, à moins que ces filles n'aient quelque chose qui ne va pas, ou bien peut-être, ce sont les hommes qui ont dégénéré. Ce sont peut-être les hommes. Moi, par exemple, je suis seul. Mais qui viendrait s'installer dans mon trou?"
Là encore, le spectacle de ces grandes isbas, à l'intérieur comme à l'extérieur, ne colle pas du tout avec la légende bien établie du peuple obscur et misérable à qui de géniaux intellectuels sont venus apporter, au bout des fusils et des mitraillettes, les bienfaits de l'instruction publique obligatoire, des concerts, des musées, et des clapiers fleuris en béton dans la périphérie des villes . Je suis même de plus en plus en colère contre les peintres du mouvement des peredvijniki, et tout leur attirail du pauvre moujik pataugeant dans la boue avec ses enfants affamés. Bien entendu, je ne pense pas que la société russe ait été alors exempte de misère ou d'injustice, car la société parfaite n'est pas de ce monde, mais il y a des gens qui, lorsqu'ils ont une idée fixe politique, ne voient plus que ce qui peut la confirmer, et parfois même l'inventent purement et simplement. Cela me rappelle la nouvelle de Zinaïda Guippious "la Folle", où des progressistes "s'attaquent" au sauvetage des "paysans obscurs" en méprisant d'emblée et par principe tout ce qui peut provenir d'eux.

Cheminée et gouttière







Le potier Sergueï Fenvechi



lundi 19 août 2019

Vologda


le café la Parisienne
Ce matin, réveil grognon, aucune envie ni d'aller à l'église à jeun, ni de faire quoi que ce soit. Katia avait trouvé une église pas loin de l'hôtel, consacrée à la décapitation de saint Jean Baptiste. Elle date sans doute du début du XVIII° siècle, mais comme nous sommes dans le nord, loin de Moscou et surtout de Saint-Pétersbourg, le style iconographique russe s'y conservait encore, et l'intérieur est magnifique, même l'iconostase est encore là, bien qu'on l'ait privée de ses colonnades. J'avais oublié mon livre de prières, et je n'étais pas d'humeur pour communier. Cependant, j'ai quand même décidé d'aller me confesser. Le prêtre était jeune, peut-être trente ans. Je lui dis: "Père, je n'avais pas envie de venir vous trouver, mais je suis d'humeur si méchante que je crois préférable de le faire quand même. J'ai oublié mon livre de prières, je ne les ai donc pas lues. Je n'avais aucune envie de venir à Vologda, mais je n'ai pas osé changer d'avis au dernier moment et décevoir mon amie. C'est une jeune femme que j'aime bien, mais il me semble que, comme toutes les femmes russes, c'est un vrai commandant. L'idée de piétiner toute la journée sous la pluie dans la ville me rend hystérique. Je n'arrive pas à entrer dans le carême, j'ai un refus intérieur total, elle m'embête à chercher des plats carémiques dans les restaurants, et dans l'ensemble, le carême me casse complètement les pieds. Tous ces mauvais sentiments ayant besoin d'être éliminés avant de croitre, je me suis décidée à vous les confier.
- Eh bien, me répond-il, je crois qu'il vous faut communier, avec la crainte de Dieu, car Dieu n'est pas conformiste, et il arrive que par honnêteté nous nous en trouvons indignes, alors que c'est justement à ce moment-là que nous en avons le plus besoin et nous passons à côté. Dieu peut tout comprendre...Souvenez-vous de Nasatassia Philippovna et du prince Muichkine...". 



Cette humaine et sage réaction a chassé de moi toute ma mauvaise humeur. Je me suis retrouvée avec Katia dans un café, celui devant lequel j'avais trouvé une place, et levant les yeux, j'avais vu qu'il s'appelait: "la Parisienne"... Inutile d'aller chercher plus loin. Nous avons déjeuné à la Parisienne, et parlé à coeur ouvert. En dépit de ce qui peut m'agacer chez elle, nous avons beaucoup de choses en commun.
Ensuite, nous avons rejoint l'établissement où avait lieu le festival, et découvert la ville au passage. Nous en sommes tombées complètement amoureuses: elle est bien conservée, avec de ravissantes maisons de marchands, aux balcons en encorbellement, aux dentelles de bois, aux huisseries travaillées, je pensais aux tableaux de Koustodiev, à cette Russie nonchalante et féerique dont j'avais tellement rêvé dans ma jeunesse. A la différence de Pereslavl et Rostov, les autorités ont visiblement à coeur de préserver et de restaurer ce centre historique, toutes ces maisons sont en très bon état, et les rues aussi. Il subsiste énormément d'églises merveilleuses. Les berges de la rivière Vologda ne nous infligent aucun affligeant spectacle de constructions affreuses et déplacées, bénie soit l'administration de Vologda.
Au festival de folklore , nous avons trouvé les belles pièces artisanales qu'on ne voit jamais nulle part ailleurs que dans ce genre de manifestations, et surtout pas dans les boutiques de souvenirs de Pereslav-Zalesski ou d'ailleurs. J'ai acheté un "canard-cheval" qui unit en lui l'énergie mâle et l'énergie femelle, dans la symbolique slave païenne, un objet vivant, authentique et enraciné comme je les aime. Katia s'est offert une jupe en tissu typique et une blouse, qui constituent un ensemble ravissant, portable en toutes circonstances. Puis quelqu'un m'a mis les deux mains sur les yeux: "Qui est-ce?" J'ai répondu, presque au hasard: "Kolia Sakharov!" c'était bien lui, le chef du "Cercle Cosaque" bis, et c'était sa femme qui vendait les vêtements et tissus traditionnels.
Nous avons assisté à un cours sur les accordéons et autres instruments, ce qui a permis à Katia de comprendre comment utiliser sa balalaïka toute neuve, commandée chez Balalaïker, la balalaïka à la portée de toutes les bourses, fabriquée sous la direction de Sérioja Klioutchnikov à Oulianovsk. Il y avait beaucoup de jeunes accordéonistes, tous locaux, beaucoup d'entre eux étaient très jolis garçons, et le costume russe les mettait si bien en valeur. Nous observions cette beauté, et cette pureté des visages du nord, leur expression paisible et digne. Cela faisait plaisir à voir. "Finalement, nous disions-nous, la Russie, c'est les folkloristes et les orthodoxes, c'est là qu'on la retrouve complètement. Et puis quelques peintres ou littérateurs..."
La musique folklorique russe est extrêmement "genrée". Au point que les hommes et les femmes n'ont pas les mêmes motifs à l'accordéon, motifs qui eux-mêmes sont hérités d'antiques schémas musicaux des gousli ou de la balalaïka.
Après Sakharov, j'ai rencontré Yana de la communauté du village de Davydovo. Elle m'a pressée de venir au mois de septembre: "Amenez Liéna avec vous, il faut lui faire comprendre que vous devez laisser tomber son folklore du sud et vous concentrer sur celui du nord où nous vivons tous, pour que nous puissions le soutenir auprès des gens, le développer, le partager, chanter ensemble, et cela d'autant plus qu'il renait énormément autour de Vologda. Et puis il faudrait aussi donner un coup de main aux cosaques de Pereslavl, les aider à acquérir les chants qu'ils ne connaissent pas, bref, si vous voulez vous investir là dedans, il y a beaucoup à faire... Pour ce qui est des chansons de la région de Iaroslavl et Vologda, j'ai beaucoup de matériel."
Elle m'a envoyée écouter le cours du célèbre ensemble féminin "Narodni Prazdnik", et j'ai trouvé cette séance complètement magique, une plongée dans le cosmos, les voix prenaient l'ampleur et l'élan du vent et de l'eau, et toute la vertigineuse profondeur des siècles en irriguait le présent enchanté.
Après quoi, toute la jeunesse a dansé dans le parc voisin, et quel contraste avec ce que nous avons pu croiser par la suite d'adolescents peinturlurés et hagards, qui traînaient avec eux leur musique boum-boum abrutissante et internationale...
A vrai dire, même si l'on fait abstraction de la jeunesse qui revient à ses traditions, le petit crétin contemporain n'abonde pas dans ses expressions les plus désastreuses, à Vologda. Les gens ont ce qu'on appelle de bonnes bouilles, souvent belles, de surcroît, même parfois très belles, et saines, paisibles, bienveillantes. Ils sont décontractés, ils vivent calmement. Nous avons rejoint le kremlin à travers un beau parc, propre, où tout le monde déambulait sans hâte et avec plaisir, comme dans les temps anciens. Le mauvais temps avait fait place à un azur miraculeux, très doux, à une lumière rasante qui transfigurait cet ensemble d'églises et de palais, la cathédrale blanche et simple, mais imposante, bâtie par Ivan le Terrible, qui avait décidément beaucoup de goût, l'étrange clocher vaguement gothique, du XIX° siècle, et une église rose et argentée, sans doute de la même époque, et plus loin une église bleue, du XVIII° siècle, mais qui gardait encore beaucoup de traits des églises médiévales, car nous sommes dans le nord irréductible, la Russie pure et dure... la beauté de ces bâtiments, d'époques et de styles divers et qui pourtant allaient parfaitement ensemble, avait un caractère envoûtant et surréel, et les regardant, il me semblait passer dans un autre monde, un monde parfait, où la puissante simplicité du moyen âge s'unissait sans fausse note à cette précieuse et tendre cassette de rose et d'argent que posait près d'elle cette église immatérielle du XIX°, et ce clocher, élégant, insolite... comme si tout cela était déjà rangé dans la mémoire éternelle, et prêt à appareiller, avec toute l'arche passée et présente de Vologda la magnifique, la féerique, la nonchalante, illuminée, en cette fête de la Transfiguration, par un soleil que nous avions oublié et qui nous revenait avec une langueur et une transparence automnales.












samedi 17 août 2019

Maman!


L'accordéon du Vietnam
J’avais projeté d’aller à Vologda , à un festival de folklore, depuis longtemps, avec Katia, mais j’ai eu une semaine épuisante, des gens sans arrêt, deux interviews , je suis sollicitée de tous les côtés, pour traduire ci, pour rédiger ça,  pour donner mon avis, et tous sont très gentils, toutes les causes sont bonnes, mais je n’y arrive plus, car j’ai aussi une traduction qui n’en finit pas, mon livre, apprendre les chants de Liéna, jouer de la vielle pour restaurer un peu mon niveau, peindre une icône pour le médecin syrien qui m’avait soignée gratis, faire face aux tonnes de poires que produisent mes deux arbres cette année,  ce qui implique de les ramasser, peler, couper, cuisiner, sous forme de confitures et autres, et nettoyer derrière la cuisine dévastée, et du reste toute la maison, je n’y arrive plus, je suis à bout de nerfs, aller à Vologda, coucher à l’hôtel, rester debout des heures à tourner autour des groupes et des étals de production artisanale, visiter des églises, je ne m’en sens pas la force, mais il est difficile de se défiler au dernier moment… Je n’avais pas prévu les poires.
Hier, nous sommes allées chanter chez Liéna. Katia, en chemin, me demande si elle peut lire l’acathiste à la Mère de Dieu, et ensuite, elle étudie ses chansons, elle n’a pas eu le temps de le faire ? Moi non plus, mais je suis au volant, je fais le chauffeur, personnellement, je prie dans ma chambre, jamais devant les autres, sauf à l’église et avant les repas. Quand je suis avec les autres, je suis avec les autres. Cela me déconcerte, chez elle, alors que par ailleurs, elle me plaît beaucoup et je me sens proche d’elle.
Il se peut aussi que je ne supporte plus rien, auquel cas je ne sais ce que va donner l’expédition à Vologda.
J’ai donné des poires à ma voisine Anna. Son fils Aliocha est un très gentil petit garçon, c’est un vrai petit homme, courageux, digne, viril. Il va s’entraîner chez les cosaques, il fait la danse du sabre etc. Elle me demande de l’emmener avec nous quand nous allons chanter, et je comptais le faire, mais il va se retrouver dans un ensemble de bonnes femmes qui chantent des chansons de femmes, en général. Pour bien faire, il me faudrait arriver à organiser des stages avec Skounstev ou autres, parce que les cosaques locaux, sur le plan musical, font ce qu’ils peuvent, mais ils auraient besoin d’être aidés, dans leur recherche de la tradition perdue… Il y en a qui ricanent devant la présence de cosaques ici, ou traditionnellement ils n’étaient pas, mais nous sommes dans les derniers temps où l’on ne garde plus tant les frontières que les arches où subsiste quelque chose de l’esprit russe.  Et Aliocha mérite d’être soutenu. J’ai dit à Anna : « Si ça l’intéresse, j’ai un petit accordéon diatonique que je pourrais lui offrir, car je suis trop vieille pour m’y mettre, je n’arrive pas déjà à jouer de la vielle, c’est un accordéon que le grand-père de ma sœur a gagné dans une loterie au Vietnam dans les années 50… En dépit de son âge, il a un bon son.»
J’apprends que le père d’Aliocha jouait de l’accordéon, mais le sien a été rongé par l’humidité dans un coin d’une isba à la campagne, et la famille n’a pas les moyens d’en acheter un autre.
Il faut que je présente Aliocha à Skountsev et qu’il apprenne à se servir de l’accordéon du Vietnam.
Dernièrement le cousin de ma sœur, Pierre, m’a envoyé une vidéo : un film de la fin des années 50, où apparaît ma jeune maman, dans les gorges de l’Ardèche, avec la famille de son second futur mari, et puis on voit la Surelle, la ferme de mon beau-père Pedro, son troisième mari, Pedro lui-même, son beau-frère Pierre, sa sœur Marthoune, et tout à coup, je réalisais que je n’avais pas gardé le souvenir net de leur jeunesse, qu’ils restaient, dans mon idée, figés  à la cinquantaine. Maman était si jeune et jolie, et si élégante dans ses vêtements simples et de bon goût, qu'elle confectionnait souvent elle-même ! A la vieille que je suis, elle apparaît comme une gamine, alors que pour l’enfant que j’étais, c’était la source inépuisable d’amour, de dévouement, de consolation et de sécurité qui ne me faisait jamais défaut, quelqu'un dans le genre de la Fée Bleue. Et puis me voilà sur l'écran, une petite fille vive, qui grimpe sur une table, joue avec le chiot récemment offert par mon futur beau-père, le gentil boxer Jicky, je lui avais donné le nom du parfum de maman, cela ne lui allait pas vraiment, il avait de terribles flatulences et une haleine de chien, mais nous nous entendions très bien, il dormait sur mon lit, et il m'avait même bouffé tous mes doudous, à mon grand désespoir, mais il avait pris leur place, c'est la vie.... Enfin je revoyais l’hôtel de ma mère, et je me rappelais son vœu maintes fois répété, pendant sa maladie finale : rentrer chez elle. Chez elle, c’était dans l’appartement de la rue de la République à Annonay, où mes grands-parents vivaient avant la guerre. Et bien moi aussi, j’avais soudain envie de rentrer chez moi, de retrouver ces lieux qui n’existent plus sous la forme qu’ils avaient alors, dans un pays qui était encore lui-même, où étaient vivants et souriants ceux que j’aimais. Mais la France se meurt, ils sont couchés au cimetière, ceux qui m’étaient si chers et si familiers, quand je n’imaginais pas la vie sans eux. La nuit suivante, j’ai rêvé que j’appelais d’une voix énorme, à pleins poumons : « Maman ! » dans le vide; et cela m'a même réveillée. Je ne peux m’empêcher de regarder ce genre de choses, qui remontent du fond du passé, et qui me bouleversent profondément. Ma tante Jackie s’y refusait, elle ne le supportait pas. Je me répétais, la soirée suivante : « Pourquoi voudrais-tu redevenir une enfant ? Tu aurais encore tout à faire et à subir, il est vrai qu’à l’époque, tu voyais la vie comme une merveilleuse aurore débouchant sur un jour radieux, et ce n’a pas du tout été le cas, mais cela aurait pu être pire, et sur certains plans, tu as quand même rempli ton contrat, tu as quand même réalisé ton rêve d’aller en Russie, tu as écrit ton livre, et s’il t'a manqué des choses profondément essentielles, tu n’as jamais connu d’atrocités, et tu pourrais t’écrier comme Flaubert, dans sa solitude créative : « au moins, personne ne m’emmerde ! » Cependant, ainsi que le chantait Jacques Brel,

De tous les souvenirs,
Ceux de l’enfance sont les pires,
Ceux de l’enfance nous déchirent…

Il en est ainsi de tous ceux qui, il le chantait également, sont devenus "vieux sans être adultes". Et pourtant, j’ai atteint une espèce de maturité, je le sais bien, dans mon éternelle enfance désormais tellement orpheline.
Enfin, ce qui m’apparaissait de façon poignante, à travers ce petit film de mauvaise qualité, c’était la tranquillité, la gaieté de ces gens qui avaient bien leurs problèmes, mais leur monde était stable, heureux, tout le monde y trouvait plus ou moins une digne place,  et l’on pouvait se promener, discuter, plaisanter, le progrès, auquel tour le monde croyait beaucoup trop naïvement, n’avait encore apporté que des avantages, qui n’avaient pas éliminé complètement ceux de la tradition, ni révélé leurs épouvantables revers. Ce moment, qui semblait à tous éternel, a duré vraiment deux décennies, car dès les années 70, la structure traditionnelle de la société française commençait a être attaquée par les banques prédatrices, les idéologies de gauche, la mise en place du piège mortel de l’Europe unie et de son programme à long terme qui échappait complètement aux gens..
Curieusement, cette vidéo m'est parvenue le lendemain de l'anniversaire de maman.












mercredi 14 août 2019

On se m'arrache...

Hier, c'est Anatoli de "Thomas", la revue orthodoxe à l'usage de ceux qui doutent, qui est venu m'interviewer, heureusement que je suis trop vieille pour avoir la grosse tête. J'ai été isolée et marginalisée toute ma vie, écrivant et dessinant dans mon coin sans avoir ni milieu porteur, ni accès à l'édition et aux galeries, et maintenant, les Russes se bousculent pour venir me voir et me demander mon avis sur tout. Sans doute Dieu voulait-il m'épargner de tourner à la femme de lettres pontifiante.
Anatoli est arrivé au moment où j'avais chez moi le père Vadim, son épouse, et Katia, qui allait dans leur paroisse, à Moscou. Par un hasard étrange, je les avais déjà rencontrés de mon côté à l'anniversaire du père Valentin. Il faisait beau, pour une fois, un peu orageux, les moustiques ont commencé à être virulents en fin de journée. Nous étions assis, et les poires tombaient autour de nous. Je suis submergée sous les poires, il est désormais clair que je ne pourrai toutes les ramasser ni les utiliser, mais je vois que d'autres en profitent, souris, insectes, oiseaux... Je fais des confitures, mais la confiture, c'est plein de sucre. J'en mets le minimum et j'utilise du fructose, mais quand même. Je fais des compotes mais le congélateur n'est pas extensible. J'ai fait deux litres de jus, mais cela ne se garde pas des mois...
Le père Vadim et son épouse ont vécu aux Etats-Unis, et ne partageaient pas du tout l'avis d'Anatoli sur la paradis du droit et de la démocratie, moi non plus. Anatoli est manifestement libéral, et considère, comme la presse occidentale, que la Russie agresse le monde entier, ce qui me laisse perplexe, on dirait que le libéral russe, comme le bobo français, n'habite pas la même planète, ou peut-être existe-t-il dans un monde parallèle. Enfin, il a eu la délicatesse de ne pas insister, et sur tous les autres sujets, on pouvait discuter. Il est d'ailleurs resté un bon moment à le faire, je lui ai même servi de ma soupe russe qu'il a trouvée excellente. Il m'a interrogée sur la foi, car il lui arrive de douter. Il pense que tout le monde doute, à part quelques personnalités simples et merveilleuses qui ont le don inné de la foi. Il m'arrive aussi de douter, mais de moins en moins. Ou peut-être que le monde me paraîtrait si absurde et si atroce que j'en perdrais la raison, alors je préfère garder ma raison avec le Christ. Il m'a posé la question rituelle sur la souffrance et l'injustice, l'une et l'autre souvent attribuées à Dieu, alors qu'elles sont le fait de notre cruauté, de notre bêtise, de notre cupidité, le fait  du diable, en un mot, si évident ici bas que je croirais en Dieu à contrario devant le spectacle de sa nuisance inlassable et astucieuse. J'ai remarqué aussi que la prière agissait et que les gens qui vivaient en Dieu n'étaient pas victimes des mêmes choses, bien qu'ils puissent l'être de persécutions abominables. Parfois, c'est vrai, des événements tragiques nous restent inexplicables, j'en suis venue à l'idée que nous ne pouvons tout simplement pas tout comprendre. Mais en vouloir à Dieu de ce que nous ne comprenons pas en le traitant de tous les noms, c'est donner la victoire à ce qui nous scandalise.
Par exemple, depuis deux ou trois cents ans, on assiste à l'extermination systématique de ce que l'humanité compte de meilleur, de plus noble, de plus vrai, de sa fine fleur. Les indiens d'Amérique, la Vendée, la paysannerie française en 14, russe avec la guerre et la collectivisation, les vrais intellectuels, les vrais artistes, pas ceux qui se déshonorent dans toutes les mauvaises causes et ne pensent qu'à la ramener, ceux qui se consacrent à leur oeuvre quoiqu'il puisse leur en coûter. Mais à cela, j'ai une réponse: si nous allons vers la fin des temps, comme je le crois, Dieu fait ses dernières moissons de justes. Jusqu'au moment où il ne restera pratiquement plus que des cancrelats rampant dans les ordures dont nous recouvrons la terre, et c'est du reste prédit. Anatoli était d'accord.
Je n'arrive pas à faire face à toutes les tâches que je me donne, entre le quotidien, le jardin, les poires, les traductions, mon livre, dessiner, apprendre les chansons de Liéna, travailler ma vielle, car ainsi que l'a remarqué Vassia Ekhimov, auteur de l'une des miennes, "je chante bien, mais je joue mal!"
Il me faudrait plusieurs vies, et il ne m'en reste plus guère.

Katia, à la faveur de l'interview, m'avait piqué mon hamac et Georgette


lundi 12 août 2019

Le camp des saints

Belle journée d'automne. La lune qui se lève dans un ciel vaguement turquoise est rose et ovale, une pierre lisse et transparente. Je ramasse des tonnes de poires, je fais des tas de pots de confiture. La voisine m'a donné, pour me remercier de sa récolte, un gâteau fait avec mes poires, et un pot de confiture.
Ce matin, j'ai fait dire une pannychide en mémoire de Bernard Frinking, mort récemment, à un âge avancé, et étant donné sa vie, il est sans doute heureux de se trouver là où il est à présent, auprès du père Placide, mais il laisse sa femme Anne, âgée elle aussi et inconsolable.

Natacha, avec le père Constantin et moi

Ensuite, je me suis retrouvée une fois de plus au café français, avec le père Constantin et une amie à lui, accompagnée de son jeune fils, une journaliste d'Ekaterinbourg, qui écrit aussi des vers, Natacha. Natacha, éberluée par le phénomène que je représente, a voulu m'interviewer. C'est une journaliste orthodoxe, et j'étais de mon côté intéressée par ce qu'elle me racontait. Par exemple, elle ignorait tout de la répression des gilets jaunes, des yeux crevés, des mâchoires et des pommettes explosées, des mains arrachées, des furieux coups de matraques jamais sanctionnés, des vieux piétinés, gazés ou même étranglés, comme je l'ai vu récemment sur une photo saisissante. On ne dit rien de tout cela aux Russes, qui doivent continuer à croire que l'Europe et l'Amérique sont des paradis prospères et démocratiques, que l'Ukraine est libérée et que seule "l'intervention russe" au Donbass l'empêche de vivre pleinement son bonheur national dans le concert des nations civilisées où les femmes ont des culottes en dentelles... Pas mal de Russes, d'après elle, et surtout des jeunes, sont très irrités par le Donbass et la Crimée  qui les empêchent eux aussi d'entrer dans le monde merveilleux de Walt Disney et croient volontiers les calembredaines de journalistes en tous points semblables aux nôtres, animés par les mêmes rancoeurs, la même détestation du peuple au sein duquel ils vivent, et qu'ils méprisent, au service des mêmes maîtres mondialistes. Il faut dire que d'après elle, Ekaterinbourg est en plus un endroit de pointe, pour ce genre de mentalité, avec l'infect centre Eltsine, à la gloire de celui qui a vendu la Russie en pièces détachées, où l'on couvre de boue l'histoire russe et le peuple russe, exactement comme on le fait actuellement du peuple français. Le sentiment antireligieux y est très vif, il faut dire que de ce côté-là, la propagande est aussi très active. Or si j'ai entendu raconter toutes sortes d'histoires de brigands sur l'Eglise et ses "popes en Mercedes", et admet d'ailleurs que certaines puissent être vraies, je n'ai jamais rien vu de tel de mes propres yeux. Ekaterinbourg est d'après une émission de Nikita Mikhalkov qui m'avait beaucoup intéressée, un endroit stratégique pour les ennemis extérieurs et intérieurs de la Russie, qui, depuis Ivan le Terrible, œuvrent toujours de concert pour y mettre la pagaille. Car le plan est de scinder ce grand pays en plusieurs morceaux et éventuellement, de le placer sous tutelle internationale, j'ai entendu de mes oreilles, au cours de cette émission, des libéraux le proposer, parce que "les Russes sont incapables de se gouverner eux-mêmes".
Cependant, Natacha ne pense pas que ce plan se réalisera, Dieu l'entende. Au bout d'une heure de conversation, elle m'a demandé ce que je voyais comme issue au problème mondial de l'installation de la dictature universelle à visée transhumaniste, et à la dégradation méthodique de nos peuples respectifs, en vue de les faire disparaître. Car toute révolution est exclue, et celles qui ont précédé nous ont préparé le monde affreux où nous sommes. Une révolution qui aboutit à un changement de régime ne réussit que parce qu'elle a le soutien de financiers ténébreux et de sociétés secrètes malfaisantes, comme on l'a vu en France, puis en Russie. Si elle n'est pas soutenue par ces gens-là, et donc manipulée, de manière à utiliser la colère populaire, justifiée ou non, pour servir les intérêts de ceux qu'elle croit combattre, elle échoue fatalement, et surtout de nos jours. C'est le Donbass, avec l'extermination planifiée des populations civiles, sous les calomnies ou le silence de la presse universelle. Ou les gilets jaunes. Une répression sauvage, sans aucune sanction des tribunaux, avec un cynisme total. Je ne suis pas politologue, mais ce que je ressens, c'est que nous ne nous en tirerons pas sans intervention providentielle, et que ce que nous pouvons mettre en pratique, c'est la création d'arches, de refuges, soit dans le fin fond des campagnes, car notre salut passe par la restauration d'une agriculture familiale normale, soit même simplement des regroupements autour de lieux sacrés, des regroupements culturels, spirituels, des communautés où l'on sauvegarde, soutient, échange, transmet. En attendant peut-être la fin des temps: le camp des saints... Refuser de jouer plus longtemps, refuser de participer et d'écouter le chant des sirènes.
Elle m'a demandé, elle aussi, si je n'étais pas nostalgique. Bien sûr que si... Et je pense que je refoule même cette nostalgie comme j'ai refoulé un temps les personnages de mon livre, pour rester concentrée et forte. Je ne peux écouter une chanson de Brel ou Brassens sans pleurer, même Trenet me tire des larmes. Mais je suis davantage nostalgique dans le temps que dans l'espace.


dimanche 11 août 2019

Visite de Yana et Génia



Au café la Forêt, avec Yana et Génia
Dans la foulée du départ de Ioulia, l'artiste-peintre, j’ai accueilli Yana et son mari Génia, qui sont absolument adorables, et malgré les contraintes inévitables, j’étais très heureuse de les avoir. Je ne connaissais pas Génia, c’est un gros nounours très bon, et d’une intelligence fine et sensible. Il m’a chanté une chanson populaire qu’il avait entendue dans un train de banlieue, interprétée en chœur par un groupe de gens. Elle était très savoureuse, dommage qu’il n’ait pas pu les enregistrer. J’en ai chanté une que j’ai apprise avec Liéna de Rostov, et il pleurait d’émotion en m’écoutant, parce que je suis française et aime tellement tout cela, que les Russes sont en train de perdre.
Yana apprécie beaucoup mes aquarelles et me conseille d’exposer, et je vais sans doute le faire, car l’encadreur, qui est également peintre, m’a dit la même chose, et sur ses conseils, je suis allée à la galerie de la cathédrale, où il y avait une belle exposition de paysages miniatures de divers peintres, et j’en ai parlé à la responsable, nous avons échangé nos coordonnées. Ce sera possible après janvier.
Yana et Génia m’ont sans cesse invitée soit au café français, soit au café Montpensier, et nous avons fini la série à « la Confiture », un restaurant de « cuisine européenne » qui fait aussi hôtel.  Cette cuisine européenne m’a fait penser à la nouvelle cuisine en France. L’avantage, c’est que j’ai mangé léger, pour une fois, et j’en avais bien besoin.  La déco était du genre design. Mais l’hôtel-restaurant situé sur la déviation Moscou-Yaroslavl, parcourue par les camions et les voitures, juste à côté d’une station-service. La vue n’était pas mal, elle donnait sur le massif forestier de l’autre côté de la route, il y avait une terrasse, inutilisable à cause du temps, c’était comme une sorte de restoroute gastronomique design, assez surprenant.
Yana et Génia me trouvent aventureuse, parce que j'ai roulé ma bosse, mais en réalité, j'ai fait tout cela contre ma nature et contre mon désir. Je cherchais désespérément ma place en ce monde où elle n'est pas.
Nous nous sentions bien ensemble, je pense qu'ils reviendront régulièrement.
Il a plu toute la journée, il pleut tout le temps. Je récolte les poires à toute vitesse, la voisine est venue en ramasser. Les arbres jaunissent et rougissent. Ma perception du temps est complètement bouleversée. Nous sommes au mois d’octobre depuis début juillet, de sorte que je m’attends à avoir novembre au mois de septembre, et décembre au mois d’octobre.
Pendant ce temps, la Sibérie est ravagée par le feu. J’ai lu quelque part qu’il n’y avait pas eu d’incendie de cette ampleur en Sibérie depuis 10 000 ans. En dehors des ravages sur la santé de la population, des milliers d’animaux sauvages ont péri. Ce qui n’empêche pas certains de braconner les ours pour vendre leurs pattes aux Chinois, lesquels les utilisent pour leur saleté de médecine, ils ont toujours une bonne raison pour exercer leur prédation sur tout ce qui bouge sans aucun état d’âme, avec une cruauté sans limites, Dostoïevski avait raison de dire que sans Dieu, tout est permis. J’ai lu également  sur plusieurs sites, y compris le site conservateur orthodoxe Tsargrad, que l’horrible incendie avait été, au départ, volontaire, pour dissimuler des coupes de bois sauvages, sur commande de ces mêmes Chinois ou de ceux qui fricotent avec eux. Il y a tellement d’événements sinistres, tragiques et révoltants que parfois, je ne trouve plus la force de me pencher dessus ni de les commenter, tellement mon horreur, ma douleur et ma colère deviennent  abyssales et sombres, un trou noir désolé, à l’intérieur de mon âme, un vide intersidéral totalement sidéré qui va s’élargissant dans un silence mortel. Et je sais qu’il me faudrait surmonter le spectacle de notre naufrage, de nos destructions et autodestructions, me raccrocher au Christ, notre seul espoir. Je ne sais pas si j’en aurai la force ni le temps. Je suis terriblement de la terre, et cette terre, on ne cesse de la profaner et de la détruire, avec toutes ses merveilleuses créatures, et en priorité, les meilleurs représentants de l’espèce humaine, systématiquement massacrés depuis deux ou trois cents ans, en gros depuis la naissance du capitalisme et la guerre impitoyable qu’il a menée aux sociétés organiques de paysans, de moines et d’aristocrates, à la vie dans sa beauté, sa noblesse et sa diversité. Mais j’ai confiance en la direction de mon existence que malgré toutes mes faiblesses et mes reculades, j’ai confiée à Dieu, avec le choix de ma fin, de son genre et de son heure.

Génia et Yana se sont mutuellement photographiés





mardi 6 août 2019

L'anniversaire de notre père Valentin



(photo père Vladimir)
C’était hier l’anniversaire de mon père Valentin, dans un café de la Novaïa Basmannaïa. J’y suis allée avec Dany. Il faisait un temps affreux et l’on se gelait, mais l’ambiance était très chaleureuse et très farfelue, comme d’habitude. Il y avait le père Vladimir Viguilianski et sa femme Olessia, ravis de rencontrer Dany, dont ils avaient soutenu le mari, le poète Iouri Iourtchenko, quand il était aux mains des bataillons punitifs ukrainiens, et un père Vadim qui connaît mon amie Katia, comme quoi le monde orthodoxe est petit. Le père Valéri, le père Dmitri, toute l’équipe... Les nombreux petits enfants du père Valentin (il en a 27...) J'ai porté un toast à mon cher père spirituel, en précisant que j'avais grâce à lui une famille russe dont j'avais vu grandir les enfants. "Laurence, nous vous aimons, nous vous aimons..." répétaient à sa table prêtres et amis. Les fêtes de ce genre, en Russie, permettent aux gens de se témoigner tous leurs bons sentiments, et ils y tiennent beaucoup. 
Le père Valentin ne pense pas que Poutine soutienne la « resoviétisation » du pays qu’observe Nazarov. Il n’exclut pas, comme moi, que ce soit là une manœuvre américaine sur fond de mécontentement et de naïveté pour diviser la population, qui était sur la voie d’une certaine réconciliation nationale, et pour justifier les campagnes contre « l’empire du mal » et la néonazification de l’Ukraine et des pays baltes. Il croit que la marge de manœuvre du président est étroite. D’après lui, il soutient et protège sincèrement l’Eglise, par foi et par patriotisme, raison pour laquelle l’Eglise le soutient aussi, à part une frange de religieux néostaliniens regrettables dont je ne comprends pas trop le raisonnement. Mais d’après lui, le patriarche est intraitable sur cette question et ne reviendra jamais sur les nouveaux martyrs de Russie. « Les persécutions peuvent très bien reprendre, me dit-il, si le pouvoir passe entièrement à des gens mal disposés. Mais cette fois, il n’y aura ni goulag ni exécutions. Il suffira d’étouffer les paroisses sous les impôts ». La répression par les impôts et les amendes, comme en France.
Il pense que les intrigues autour de Bartholomée et du tomos ukrainien sont en train d'échouer et de tourner à l’avantage du patriarcat de Moscou. Il faut dire que ces intrigues et les personnages qui les trament sont difficilement soutenables, même quand on est d’un naturel diplomate…
La population de la Russie, malgré tout, lui semble plus saine que la population européenne, et dans sa grande majorité, elle ne soutient pas les tentatives de déstabilisation de Soros par petits cons interposés, comme en Ukraine. J'en avais déjà parlé avec le comptable du café qui me disait: "Nous avons tous enfin un petit quelque chose et un peu de stabilité, et nous n'avons pas envie de laisser ébranler tout cela". De sorte que la différence avec les gilets jaunes n'est pas seulement dans la différence de comportement de la police ou dans la présence de commanditaires milliardaires mafieux internationaux derrière le mouvement, mais dans la nature des manifestants, populaires en France, classes moyennes paupérisées excédées, bobos en Russie. Le problème est que la technique consistant à exploiter politiquement de l'extérieur du pays les désaccords locaux peut compromettre toute action ciblée de la société civile. En réalité, comme nous vivrions tranquilles si on nous lâchait, si les voisins se mêlaient de leurs affaires et ne cherchaient pas à empiéter sur notre champ ni nous imposer leur façon de vivre, s'ils ne cherchaient pas à débaucher nos enfants, à les dresser contre nous, à nous voler nos maris et à monter le bourrichon de nos femmes. Je suis sûre que la Russie trouverait en elle-même les remèdes à ses maux si on lui fichait la paix. C'est d'ailleurs valable aussi pour la France. 

Ambiance... (photo père Vladimir)


Photo Dany

Photo Dany







dimanche 4 août 2019

Chez Nazarov. L'archipel des arches...


J’ai  laissé Ritoulia à mes deux hôtes. Si elle ne le vit pas trop mal, il est possible que j’essaie de la laisser à Katia et Nadia quand j’irai en France.  Cette fois-ci, sans voiture, avec l’expédition chez Nazarov qui ne tenait pas à la confronter avec ses chats, le bus, le métro, j’ai préféré ne pas m’en encombrer.
Nazarov,  analyste remarquable de l'histoire russe et des événements apocalyptiques en cours,  a vendu son appartement dans Moscou pour acheter une maison en dehors, mais la ville est en train de grignoter cette banlieue, ils auront bientôt le métro.  Comme d’habitude, c’est un chaos de grosses maisons rupines très moches, de bâtiments soviétiques et de nouveaux immeubles. Mais sa maison a un joli jardin sauvage au bord d’un ruisseau propre où vivent des canards, des grenouilles, un cours d’eau encore vivant et normal, et depuis les fenêtres, on ne voit que des arbres. Je me rends compte que dans le siècle qui vient, ces îlots de charme et de beauté seront les seuls refuges qu’il nous restera, c’est ce que je fais de ma maison, d’ailleurs, un refuge et un témoignage de beauté.
Sa femme est une aristocrate russe née en Belgique très distinguée, très douce et très bonne. Elle recueille tous les chats en détresse qu’elle rencontre.  Chez eux, il y a des chats partout, de tous âges, et j’ai dormi avec un chaton rouquin, qui m’adopterait bien et réciproquement, mais à mon âge, je ne veux pas de chaton, et j’en ai assez déjà chez moi.
Nadia, la femme de Nazarov, reçoit sa sœur, et nous avons pu parler français toutes les trois, Mikhaïl Victorovitch le lit et le traduit, mais le parle avec difficultés. Il m’a fait goûter son alcool de prune, qui est excellent, et m’en a préparé une bouteille pour le père Valentin qu’il connaît.
Il m’a pris une interview, je suis interviewée de tous les côtés, heureusement que je suis trop vieille pour avoir la grosse tête.
Il m’a lu un texte sur la patrie, les liens sacrés qui nous unissent à elle et m’a demandé si je n’avais pas la nostalgie etc. Si, j’ai la nostalgie, bien sûr. Oui, elle me tient à la peau, ma patrie d’origine. Non, je ne renie pas la France et ma culture. Il m’arrive souvent d’avoir la larme à l’œil à l’évocation puissante d’un coin du midi, une photo, un film, ou quand j’écoute une chanson, je dirais même que j’évite presque de les écouter, Brel, Brassens, Trenet, et tout ça ; mais mon exil est beaucoup plus situé dans le temps que dans l’espace. Comme dit Dany, tout ce que nous aimions là bas est parti. La Russie m’est profondément chère, mais je n’y ai pas grandi, et je le ressens souvent à la vue du paysage qui m’entoure, qui me fascine, mais qui n’a pas fait partie de la formation de ma personne. Le nord m’a toujours fait rêver, depuis les contes d’Andersen, et le père Valentin trouve que j’ai une personnalité boréale, néanmoins, j’ai grandi enivrée par les parfums et les couleurs du midi, par la mer Méditerranée et l’Ardèche… Donc oui, je suis en exil, dans un pays qui m’est très cher et qui m’a attirée toute ma vie. D’un autre côté, quand je reviens en France, j’ai le cafard, je n’ai plus la nostalgie, mais une grande tristesse, comme si je ne retrouvais qu’un décor, où errent les derniers Français, dont une bonne partie sont complètement dénaturés, à cet égard, le saccage de Notre Dame est fort symbolique, et trop peu nombreux sont les « Français de souche » à s’en émouvoir vraiment… Une sorte de cimetière de ce que fut la France, où tout ce que nous aimions est profané avec une haine et un mépris inimaginables.
Nazarov me dit que la Russie est aussi en train de mourir, il pense que les derniers temps sont venus et c’est sans doute vrai, encore que lui-même compte sur « le camp des saints et la ville bien aimée » qui seront sauvegardés jusqu’au bout mais il ne sait s’il s’agit d’un lieu déterminé, par exemple en Russie, ou de lieux disséminés à la surface de la terre, des îlots préservés. 
Il observe une resoviétisation de la Russie avec consternation. Il ne croit pas à la restauration d'un ordre communiste avec goulag et répressions mais pense que ceux qui ont volé et martyrisé le pays dans les grandes largeurs cherchent ainsi à se donner une légitimité historique, une légende accréditée et à effacer les traces des crimes commis, ce qui naturellement conduit à calomnier les victimes innocentes de ce Moloch, pourtant si étranger à la mentalité russe, à part son esprit communautaire dévoyé, mais le signe de notre temps est de tout dévoyer, de tout pervertir, de tout retourner et de plonger les foules, privées de leurs repères spirituels et culturels ancestraux, dressées, dénaturées et hypnotisées, dans une confusion hagarde et des confrontations néfastes et plus ou moins atroces entre camps faussement adverses.
Nadia et sa sœur ont voulu aller jusqu’à une église située « à cinq minutes », mais comme la première s’est égarée, nous avons marché longtemps, et mes articulations s’en ressentent. Rien que les couloirs du métro suffisent à raviver mes douleurs.  Nous avons vu un bonhomme qui tondait le long d'une rangée de spirées. Il entretient  le bas côté communal de la route, devant sa maison, et il en est très fier. « C’est plus joli comme ça…. » nous dit-il. Nous nous sommes extasiées.
Chez le père Valentin, j’ai trouvé Alissa, sa fille mariée à Clermont-Ferrand, avec ses enfants qui sont tous très beaux. Elle va de temps en temps chez le père Elie à Terrasson, mais c’est loin et ça revient cher, au prix de l’essence en France. Et aux églises roumaine et russe de Clermont.  L’absence totale de spiritualité chez les Français la sidère. « Vous avez des amis, en dehors des églises orthodoxes ? me demande-t-elle. Les seuls Français avec qui je m’entends sont ceux qui vont à l’église orthodoxe. C’est comme si on changeait de pays, tout-à-coup, ce ne sont pas les mêmes Français ». Nous avons commenté les opinions de Nazarov sur le camp des saints. Nous pensons qu'en effet, il y aura une sorte d'archipel d'arches diverses, et peut-être un endroit où elles seront plus concentrées. C'est le thème du roman de science-fiction orthodoxe de Ioulia Voznessenskaïa "le voyage de Cassandre ou aventures avec des pâtes", que j'aimerais bien traduire si on me trouvait un sponsor. L'archipel des arches plus ou moins grandes, une maison, une communauté monastique ou agricole, un morceau ou des morceaux de pays, l'archipel des arches comme pendant à l'archipel du goulag.







vendredi 2 août 2019

Les oiseaux




Sur cette photo de 1892, trouvée sur un fil de nouvelles, ces enfants russes écoutent les oiseaux. Regardez leurs expressions, leurs attitudes, leur attention paisible, presque leur ferveur, et vous comprendrez à quel point nous avons dégringolé, avec le fameux "Progrès". Ces enfants-là n'avaient pas, dès le ventre de leur mère, les oreilles et la tête farcies de musique synthétique aussi immonde qu'obsédante, ils n'entendaient ni la perceuse ni les motos, ni la débroussailleuse, ni la radio à tue-tête. Ils écoutaient les oiseaux.
Un ami violoniste et folkloriste de talent me racontait que sa mère d'origine paysanne, quand il était petit, dans les années 50, l'emmenait dans la forêt et le posait près d'un ruisseau, pour lui faire écouter l'eau, le vent, les oiseaux...
Maintenant, je suis obligée de choisir le moment pour pouvoir me livrer à cette occupation vitale, entre la tondeuse et la radio des voisins, les gosses circulent à vélo avec la radio, ils ne savent plus exister sans ce tintamarre, qui fracasse l'âme et l'esprit, et les ferme à le beauté du monde. Ils n'écoutent pas les oiseaux. Et ils n'ont plus du tout ce genre d'expressions, ils ont quelque chose d'obtus, de nerveux, ils sont façonnés par tout ce tohu-bohu survolté, dans lequel ils grandissent, par cette cacophonie, et par la laideur que produisent autour d'eux des gens qui jamais ne s’assoient pour écouter les oiseaux et le vent, et la chanson qui pourrait monter en eux et venir éclore sur leurs lèvres.
En quelque cent ans, les humains sont sortis, volontairement ou forcés, du cercle enchanté de la vie pour se faire la proie d'une grande machine grinçante qui dévore tout sur son passage. Tout ce que nous faisons est hideux, mortifère, nous nous sommes détournés de Dieu pour adorer le veau d'or et Moloch, auquel nous sacrifions les enfants, au propre et au figuré, les transformant en chair à canon, chair à débauche. Malheur aux sinistres bergers qui nous ont menés là où nous en sommes, la carotte dans une main et le bâton dans l'autre. Bouchers illusionnistes. Bonimenteurs du diable.
Combien de ces petits enfants ont été emportés plus tard dans la tourmente révolutionnaire?
Fervents petits enfants de la sainte Russie au coeur aussi ouvert que les oreilles.

Trous noirs

Le lac avant la pluie

Je devais aller ce soir à un festival, à Rostov, mais la sœur de l’électricien, Olga, qui devait y aller aussi et m’emmener en voiture, a déclaré forfait : sa mère est malade, elle ne peut pas lui laisser sa gosse, qui va s’ennuyer au concert. Or, sachant qu’Olga nous emmènerait en voiture, et que je rentrerais le soir, j’avais accepté d’aller demain chez l’historien Nazarov, près de Moscou, visite que j’avais déjà remise une fois. Aller en bus à Rostov, puis prendre le bus ou le train le lendemain pour rejoindre Moscou, sachant que Nazarov lui-même habite hors de Moscou et que je foncerai du bus dans le métro, cela me coupe bras et jambes. Même sans aller à Rostov, d’ailleurs… je n’ai trouvé de place que dans le bus de 8h, et je déteste me presser le matin. Ce sera l’expédition, et je me rends compte que j’ai de plus en plus de mal… Liéna a beaucoup insisté, je ne savais comment m’en sortir. Mais c’est vraiment au dessus de mes forces, car j’aurais dû tout laisser tomber, faire mon sac à toute vitesse, courir essayer d’avoir de la place dans un bus pour Rostov, changer mon billet de demain pour un autre…
Nazarov est un homme remarquable, j’ai envie de le rencontrer, je pense qu’il ne prendrait pas bien que je lui fisse encore faux-bond. Son livre sur l’histoire contemporaine de la Russie est éclairant aussi sur l’histoire du monde en général, et de la civilisation infernale qu’a engendrée l’occident détaché de l’Eglise originelle et de sa vocation avant tout spirituelle. Le catholicisme a dérivé, puis provoqué la réaction protestante qui, par sa proximité avec le judaïsme et sa rencontre avec la franc-maçonnerie, a accentué la glissade progressiste, matérialiste, technologique capitaliste,  provoqué les révolutions qui nous ont livrés sans défense à de gros usuriers sans principes, et l’élimination de la paysannerie, dont les Anglais furent les pionniers. Je ressens depuis longtemps la Renaissance et ce qui a suivi comme un ensemble de symptômes morbides,  ce qui ne remet pas en cause à titre personnel les génies qui se sont succédés  dans le domaine des arts et de la littérature européenne, mais cette concentration même du talent sur des personnalités d’exception, souvent malheureuses et incomprises ou excessivement adulées, alors que l’ensemble des peuples était lentement privé de son génie collectif et de son expression traditionnelle ancestrale, combattus et accablés de mépris par les autorités bourgeoises, que notre vie quotidienne devenait de plus en plus hideuse, vulgaire, indigne, dégradante et infernale, me paraît le signe qu’à un certain moment, nous avons déraillé: alors que jusqu’en 17, la Russie, contrainte de suivre plus ou moins le mouvement ou de disparaître, a essayé de sauver sa paysannerie, qui était sa chair et son âme, et l’essentiel de ses traditions, même si  sa noblesse et son intelligentsia étaient  coupées de leurs sources.
J’ai compris que l’été était fini. Cette année, il a duré environ un mois, le printemps trois semaines,  et nous aurons un automne de 5 mois, à moins que la neige ne tombe dès novembre. Mon amie Dany se cramponne toujours à l’idée de l’été indien, mais même si nous avons quelques beaux jours d’automne, nous n’aurons pas juillet-août en septembre-octobre, ça, ce n’est pas possible. Au moindre rayon de soleil, je me précipite sur le perron, sur le banc que j’ai acheté au printemps, et je regarde les fleurs, les nuages, les étourneaux qui se rassemblent, comme à Pierrelatte au mois d’août, mais moins nombreux. Le peuplier d’en face vibre de leurs conversations pour moi incompréhensibles, et voilà qu’avec un bruit ronflant d’ailes froissées, une nuée d’oiseaux se soulève et se déplace dans le vent, vers un autre lieu à hanter de sa frémissante multitude.
Mon petit pommier, et le poirier devant  la maison, que je n’avais jamais vu porter de fruits  depuis que je suis ici, en sont couverts, cette année, mais faute de chaleur et de soleil, ils ne mûrissent pas.
...
Les Français de ma connaissance ricanent devant les vidéos ou les photos des « répressions policières » à Moscou : des gamins impudents et narquois qu’embarquent sans grande brutalité des policiers calmes. Je poste sur les fils de commentaires des divers sites russes des photos de tous les gilets jaunes éborgnés, mutilés, défigurés, sans dents, sans mains, sans visage… Je me souviens de cet homme de cinquante ans sauvagement matraqué devant sa fille de vingt ans qui hurlait. Où sont-elles, les violences policières ? Du côté de la dictature mondialiste des banques, des dingues richissimes et sataniques qui veulent complètement détruire nos peuples, leur mémoire, leur histoire, leur foi, leurs traditions, leur culture, pour nous faire plonger dans une société de science-fiction cauchemardesque dont ils seront la caste toute puissante et qui n’aura pas d’issue. Ceux qui gênent la caste sont sauvagement réprimés. Ceux qui la servent sont emmenés avec toutes sortes de précautions, et se pavanent. Comment différencier un gilet jaune français d’un libéral russe ? Le second a ses deux yeux, ses deux mains, marche sur ses deux jambes, et garde un sourire que n’a pas déparé un projectile en pleine gueule.  Ceux qui gênent la caste sont emprisonnés, conspués, vilipendés, ruinés. Ceux qui la servent peuvent  casser, violer et massacrer tranquilles, on leur trouvera toujours des excuses, puisqu'ils sont là pour éliminer et terroriser les autres...
Ce qui me chagrine au plus haut point, c’est que j’ai des amis russes libéraux, par ailleurs fort sympathiques, et même intelligents, et que tout cela ne leur effleure absolument pas la cervelle. Quand je vois Navalny, qui d’ailleurs n’emballe qu’une petite frange de neuneus citadins, je retrouve la même foncière félonie qui me frappe chez Macron, Trudeau, Tsipras ou Guaido : des types à qui je ne confierais ni mon chien, ni mon porte-monnaie, ni ma petite sœur. Les satrapes de la mafia, fabriqués dans le même chaudron.  De ce côté-là, je trouve que vivre en province n’est pas mal, les gens ne se laissent pas embarquer de la même manière par de pareils escrocs. Ils sont parfois nostalgiques du communisme, mais cela m’est plus compréhensible, et puis c’est moins dangereux. Parce qu’il suffit parfois d’une meute d’excités largement financés et soutenus par l’étranger et les banques supranationales pour faire basculer un pays et le transformer en trou noir. C’est ce qui s’est passé dans la Russie de 17, et c’est ce qui s’est passé dans l’Ukraine de 2014…

mardi 30 juillet 2019

Garçon manqué


Je me lève dans les brumes, un chat avait dégueulé sur le dessus de lit. J’arrive dans la salle de bains, je monte sur la balance : elle était mouillée. Une mare de pisse. De chat, de chien, je ne sais pas, j’espère que ce n’est pas mon artiste peintre… Voilà qui fait bien débuter la journée.
Le père Constantin m’avait engagée à venir à la liturgie aujourd’hui, car il n’aime pas lorsqu’en semaine, il n’a personne à qui donner la communion. Je n’avais aucune envie d’y aller. Mais aucune. C’est même étonnant que moi, qui suis si orthodoxe, je n’arrive pas à surmonter mes petites faiblesses pour aller à l’église ou respecter les carêmes qui me compliquent la vie et me cassent les pieds. Mais c’est comme ça…
Enfin pour finir, j’ai lu les prières de communion que je n’avais pas lues la veille, et je suis partie en traînant les pieds, en jupe, avec les collants et tout, et le fichu sur la tête, pour enfourcher mon vélo, direction la cathédrale. Il faisait un froid d’automne profond, 12°,  vent du nord, le mois d’octobre. Hier, il ne faisait pas beaucoup plus chaud, mais il y avait au moins du soleil. Cela dit, quand il ne pleut pas, qu’il y a du vent, de beaux nuages, c’est vivifiant, le pire c’est les rideaux de flotte et le ciel gris.
Quand je passe au pied de l’église de la Transfiguration, où saint Alexandre Nevski a été baptisé, j’ai toujours un élan du cœur : elle est si belle, si pure, elle me parle d’un temps où tout était simple et sacré, elle a survécu à tout, elle a vu le beau prince du XII° siècle et les affreux bolcheviques, et elle est toujours là. Ouvre-moi la porte, saint Alexandre, de la ville invisible de Kitej et protège ce qu’il reste de Pereslavl…
J’aurais bien aimé être madame Alexandre Nevski, encore que je ne suis pas sûre d’avoir ce qu’il faut pour remplir la fonction de princesse à longue tresse penchée sur son métier à tisser aux côtés d’un guerrier qui va périodiquement risquer sa peau en vous faisant des enfants entre deux campagnes, mais on ne se posait pas la question, et la question ne se posait pas, et cela me paraît psychologiquement tellement reposant. Et puis au moins, on l’avait d’office, le mari, et les enfants aussi. A cinq ans, on commençait à préparer son trousseau, on n’avait pas à se demander si on passerait son bac, quelles études on ferait si on « réussirait sa vie », on avait de la chance ou l’on n’en avait pas, et ce qui comptait, c’était ce qu’on faisait de son âme, si on avait aimé les siens, si on leur avait été utile.
Alexandre Nevski avait dix neuf ans, quand il a commencé à remporter ses victoires. Je n'aime pas tellement les bustes de lui qui hantent la ville. J'aimerais bien voir la tête qu'il avait. Je pense qu'il était beau, beaucoup de Russes le sont, et à l'époque, ils devaient l'être encore plus, avec la vie qu'ils menaient, rude et saine.
Je me suis confessée, j’ai communié, j’ai pris le petit déjeuner au café Montpensier avec le père Constantin. Il est anti Poutine, mais pense que de toute façon, depuis la mort du tsar, la Russie est aux mains de n’importe qui, et que suivre Navalny, avec sa tête de faux témoin, il faut être idiot ou vouloir le malheur de sa patrie. Comme moi, il voit dans la ferveur et l’élan de la procession ukrainienne une sorte d’événement mystique qui est notre lueur d’espoir. Je lui ai fait part de mon sentiment d’inadéquation de ma nature aux exigences chrétiennes orthodoxes. « Oh mais nous en sommes tous là, me dit-il. D’ailleurs il ne faut pas projeter sur l’ensemble des fidèles ce qui relève du monachisme et qui n’est pas à la portée de tout le monde.
- Dimanche, vous avez dit dans votre homélie qu’à notre époque, garder figure humaine était déjà un exploit. Le métropolite Onuphre aussi avait demandé à ses fidèles de prier pour garder figure humaine. Eh bien, c’est à peu près tout ce que je suis arrivée à faire de ma vie : garder figure humaine… »
Dieu aime bien qu’on fasse un effort, même insignifiant, car cette communion à l’arraché m’a fait du bien. 
J'ai dit au père Constantin que j'aimais bien les monastères de Pereslavl, et les moines que j'y voyais, que j'aimais bien aussi le monastère saint Théodore, mais que je préférais les moines aux moniales: "Vous voyez, à la limite, je voudrais bien être moniale, mais dans un monastère d'hommes, et cela ne se fait pas. Parce que les vertus domestiques des moniales, cela me casserait vite les pieds, alors que je vois des moines tellement intéressants, qui ont l'air d'avoir des vies spirituelles ardentes et des activités intellectuelles profondes, enfin j'aurais rêvé d'être une femme au foyer modèle et je suis quand même un garçon manqué..."
Il pense que néanmoins, Dieu m'avait choisie dès mon enfance pour un destin particulier, et gardée à l'écart des erreurs de l'époque. 



dimanche 28 juillet 2019

La Procession 2019 : pourquoi sommes-nous si nombreux ?




300 000 personnes ont suivi la Procession en mémoire du baptême 
de la Russie, derrière le métropolite Onuphre, à Kiev

Elan du cœur, confession, réponse aux persécutions, pourquoi la procession à Kiev réunit-elle toujours plus de monde ?
Il y a quelques heures à Kiev s’est achevée la grande Procession en l’honneur de l’anniversaire du baptême de la Russie kiévienne. Cette année, le nombre des pèlerins a dépassé toutes les attentes, surpassant les indicatifs de 2017 et 2018.
Pourquoi aujourd’hui, quand l’Eglise du Christ est persécutée par le pouvoir,  quand se sont dressées contre elle de puissantes forces extérieures , et  que l’esprit même de l’époque, semble-t-il, éloigne l’homme de l’exigence de la vie spirituelle, toujours plus de gens se rassemblent autour d’elle ?

La Procession en tant qu’élan du cœur
Sa béatitude le métropolite Onuphre l’a expliqué simplement : les croyants viennent à Kiev parce que l’âme humaine ressent le besoin de communiquer avec Dieu. " l'âme humaine n'a pas besoin d'apprendre les nouvelles, mais d’apprendre  Dieu, de découvrir pourquoi l’homme a été créée et  à quoi  il est destiné", a-t-il déclaré dans une interview accordée à la chaîne Inter TV. "Au cours de la procession, celui qui entre en relation de prière  avec les autres apaise sa soif spirituelle de la parole de Dieu, de la prière et de la relation avec Dieu."

La Procession en tant que confession de foi.
Mais il est évident que dans l’Ukraine contemporaine, la participation à la Procession avec la prière suppose encore un autre aspect, le désir de confesser sa foi.
Tous ceux qui sont venus aujourd’hui à Kiev, par leur présence sur la colline de Vladimir, ont exprimé leur soutien à l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne, s’est déclaré en unité avec elle.
Nous vivons, au moins extérieurement, dans une société démocratique. Mais derrière les belles paroles sur la démocratie et la liberté, on cache souvent, en Ukraine, les faits de persécution de croyants sur des signes religieux.
Les confiscations d’églises, les lois anticléricales, la haine et l’agressivité envers l’Eglise ne rencontrent pas de réaction de la part des organes législatifs, on les tait et on les nie. Beaucoup de médias sont catégoriquement opposés à l’Eglise et ne donnent pas seulement de l’information fausse, mais mentent carrément. Les politiques et les fonctionnaires font des déclarations contre elle et se mêlent directement de ses affaires.
Et c’est pourquoi, dans avoir les moindres leviers extérieurs d’influence sur la situation, et ne voulant pas non plus de confrontation avec « ceux qui nous haïssent et nous attaquent », les croyants de l’EOU utilisent le seul moyen qui leur permette de rappeler leur présence dans la société ukrainienne et leur égalité de droits devant la loi et la constitution, la Procession.

La Procession en tant que soutien de l’Eglise
Dans la société capitaliste et les pays démocratiques, dont notre pays désire faire partie, il y a un bon principe qui s’appelle « voter avec son porte-monnaie ».  Par exemple, très souvent le pouvoir démocratique n’interdit pas certain produit ou marchandise, il existe librement, sans intervention extérieure. Mais les gens réagissent à son existence par le désir, ou l’absence de désir, de l’acheter. De la sorte, si personne ne veut payer pour cette marchandise, le producteur comprend que personne n’en a besoin et soit il arrête la production, soit il enlève la marchandise de l’étal pour la perfectionner.
Cet exemple est grossier et peut-être mal  choisi, mais il correspond  d’une certaine façon à la situation qui s’est installée dans la sphère religieuse ukrainienne. Pour voir quelle église soutient le peuple, les autorités doivent laisser toutes les églises tranquilles. Comme Gamaliel l’a dit un jour: si l’affaire vient de Dieu, vous n’y pouvez rien, et si c’est de l’homme, elle s’écroulera.
D’après une enquête publiée par les médias, c’est l’ELU récemment fondée (il y a un an c’était l’EOU du Patriarcat de Kiev) qui bénéficie du plus grand soutien. Cependant, la Procession démontre justement  et précisément quelle Eglise soutient le peuple ukrainien, à quelle Eglise s’identifie la majeure partie de l’Ukraine.
On peut affirmer autant qu’on veut que l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne n’a pas de soutien dans la population, et l’on peut simplement regarder la transmission de la Procession d’aujourd’hui, et se convaincre que c’est une énorme erreur.

La Procession comme réponse aux persécutions
Les persécutions ne font que renforcer l’Eglise et tous ceux qui ont en leur temps lutté contre l’Eglise on disparu de l’arène historique.
Sa béatitude Onuphre, dans une interview, a comparé l’Eglise avec un navire. Il semble à beaucoup, dit-il, que sur ce navire, il n’y a pas de capitaine, et ces gens essayent de piloter, de diriger ce navire. Cependant, tous ceux qui ont pris la barre de l’Eglise en mains ont fini leur vie tragiquement.
L’Eglise a un Pilote, le Christ et Lui seul confirme la route et la direction dans lesquelles ce navire vogue. Toutes les tentatives pour changer de cap, s’immiscer dans les affaires internes ou diriger soi-même se terminent mal.
D’autre part, plus l’Eglise était persécutée, plus elle avait de fidèles par milliers. On peut même supposer que l’Eglise croît en proportion directe avec les problèmes que lui créent les politiciens  et ceux qui sont au pouvoir.
Au tout début des persécutions contre l'orthodoxie, organisées par le gouvernement soviétique, l'un des nouveaux martyrs et confesseurs russes a déclaré: «Dieu utilise la persécution comme un fer à repasser pour brûler tous les poux de la Tunique du Christ. Ces mots sont durs mais justes. Pendant les persécutions, l'Église devient non seulement nombreuse, elle devient plus propre, la foi devient plus forte, l'espoir se renforce et l'amour pour les ennemis  passe de l’incitation à un principe de vie.

La Procession comme réponse à l’agression
Pendant la Procession, un journaliste de la chaîne « 112 Ukraina » a pris une interview à des jeunes filles qui étaient venues à Kiev depuis la région de Tchernovitsa, du village de Vaslovotsy. Pendant 180 jours, dans ce village, la communauté orthodoxe a, grâce à sa prière permanente, défendu ses droits à son église, que des représentants de l’Eglise Locale ont essayé de lui prendre.
L'archimandrite Alipy (Svetlichny) a comparé cette veille de prière avec l'exploit monastique du monastère de Ceux qui ne dorment pas. Dans ce monastère créé par le moine Alexandre au Ve siècle, la prière monastique durait 24 heures par jour. Et ce parallèle n'est pas accidentel. Dans le premier et le second cas, la prière est un moyen d'aider l’homme à être avec Christ. Les habitants de Vaslovtsy, réagissant à l'agression et à la colère par la prière, témoignent du fait que le Christ leur est plus cher que tout, et même que la vie.
Les journalistes ont noté que la prière en tant que réponse à la violence est la principale preuve de la vérité de l'Église, une sorte de critère du vrai christianisme. Christ lui-même nous appelle à aimer nos ennemis et dit que nous devrions bénir ceux qui nous maudissent, prier pour ceux qui nous persécutent et nous causent des ennuis.

Et les habitants de nombreuses villes et villages d'Ukraine, qui  ressentent la haine envers eux-mêmes et leur Église, prient. Ils ne prennent pas les armes, des scies sauteuses, des barres de fer et des marteaux pour démolir les portes des églises des autres communautés. Ils prennent le psautier et l’Évangile afin d’ouvrir les portes de leur cœur et de laisser le Christ y entrer. Ils prennent des chapelets et des icônes dans leurs mains, et, eux-mêmes marqués du signe de la croix, demandent à Dieu d'envoyer paix et amour au cœur de tous, y compris de ceux qui se tiennent en face avec un pied de biche ou autres accessoires.



La Procession est la preuve que le christianisme  se vérifie par la pratique. Ce n'est pas simplement une belle théorie qui vise à rendre une personne plus parfaite moralement. C’est d’abord  un mode de vie qui aide à se rapprocher de Dieu, à s’unir avec Lui, à devenir participant de son Etre.

C'est pourquoi les représentants de l'Église orthodoxe ukrainienne ont souligné à maintes reprises que la Procession est avant tout une prière. Les gens qui vont de la colline de Vladimir à la laure de Kievo-Petchersk le font pour illuminer par la prière aussi bien eux-mêmes que le monde dans lequel ils vivent. Et ce qui est surprenant  c’est que pour ce droit, pour la possibilité de prier pour tous et pour tout, le chrétien est prêt à mourir.
Ce n’est probablement pas par hasard que notre Eglise a décidé de mettre aux rangs des saints, pas n’importe quel jour mais précisément demain, trois hommes qui ont vécu et sont morts en Christ.
Il s’agit du recteur de l’Académie de Théologie de Kiev saint Basile (Bogdachevski), confesseur de la foi, de saint Sylvestre (Malenavski) et du saint prêtre martyr Alexandre Glagolev, professeur à l’Académie de Théologie de Kiev.  Leurs reliques participaient à la Procession, et leur exploit est la meilleure preuve de la vérité du christianisme.
Il serait souhaitable en général que non seulement aujourd’hui, mais chaque jour, notre terre ukrainienne soit emplie de porteurs de croix qui la consacreraient par la prière et l’amour du prochain. Chacun de nous peut plus ou moins le faire. Il n’est pas besoin pour cela d’aller quelque part, il suffit de comprendre que Dieu est présent partout. Et où que nous allions, nous pouvons être avec lui. Et là où est Dieu, là est le Royaume des Cieux.

Article de l'Union des Journalistes Orthodoxes traduit par mes soins